Accueil » A la une » Environnement – Trois milliards ariary pour restaurer la terre
A la une Economie

Environnement – Trois milliards ariary pour restaurer la terre

Avec  la  déforestation  galopante, l’érosion  gagne  du terrain.

La déforestation et la détérioration de l’environnement avance à grands pas. Des donateurs internationaux prêtent main forte pour sauver ce qui reste.

Lors de la Journée Mondiale de la Terre, la directrice de Reboisement, et de la Gestion des Paysages et des Forêts (DRGPF) du ministère de l’Environnement et du Déve­loppement Durable (MEDD), Hanitriniaina Razafindrahanta annonce une contribution financière pour restaurer la Terre à Madagascar. Tenant compte des priorités du MEDD, l’Union Européenne (UE) et l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OACPS) ont accordé des subventions d’un montant total de 684 461 euros, soit l’équivalent d’environ 3, 100 milliards Ariary.

Certes cette grosse somme n’atteindra pas le budget du MEDD mais les donateurs internationaux ont accepté de s’investir en raison d’une confiance à la politique de ce département. Les fonds seront gérés par l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) à travers des projets de quatre ONG, à savoir Madagasikara Voakajy (MAVOA), Missouri Botanik Garden (MBG), Omaha Zoolo­gical Society (OZS ) et Wild fowl and Wetlands Trust (WWT). Madagasikara Voakajy aura un soutien pour la réserve de Mangabe à Moramanga, tandis que WWT sur le renforcement des capacités des gestionnaires du site Ramsar du « lac Sofia ».

Moyens de subsistance

OZS bénéficiera d’un appui financier sur quatre zones: Kianjavato (Mananjary), Torototofotsy (Moramanga), Montagne des Français (Antsi­ranana I) et Mahafaly Lavalolo (Betioky), pour la protection des habitats et l’apport des moyens de subsistance stables aux communautés locales face aux impacts du Covid-19. Le projet reste sous la supervision des directions régionales du MEDD dans les quatre sites.

Enfin MBG sera épaulé dans les contrôles des exploitations illicites des deux Aires Protégées que sont la forêt de Makirovana -Tsihomana­omby et d’Ankarabolava Agnakatrika ainsi que dans l’implication des communautés villageoises autour de la réserve spéciale Pointe à Larrée de Soanierana Ivongo. Bref, voilà un appui financier consistant pour la protection de la biodiversité à Madagascar, mais les donateurs semblent oublier que le MEDD en tant qu’autorité régalienne mérite aussi sa part de considération.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter