Accueil » Culture » Littérature jeunesse – « Les Robinson de l’île Tromelin » en bilingue
Culture

Littérature jeunesse – « Les Robinson de l’île Tromelin » en bilingue

Marie Michèle Razafintsalama des Editions Jeunes Malgaches présentant  la maquette de la nouvelle version de « Les Robinson de l’île Tromelin ». 

Cibler la jeunesse malgache. L’ouvrage « Les Robinson de l’île Tromelin », en bilingue sortira bientôt chez les Éditions Jeunes Malgaches. L’auteure Veloniaina Rabakoly a ajouté une traduction en malgache dans l’œuvre de la française Alexandrine Civard-Racinais afin de la rendre accessible à tous les Malgaches.

En grand format, le nouveau produit reste identique à l’original dans sa présentation, les illustrations par Aline Bureau et la pagination. Par contre, la taille devient plus grande pour laisser de la place à la traduction. « Elle est fin prête. Nous avons prévu sa présentation officielle pendant La foire du livre qui aurait pu se tenir ce mois, mais qui a dû être annulée à cause de la situation actuelle. La signature d’un contrat avec les propriétaires de l’œuvre originale aussi a été reportée pour la même raison. Une fois qu’on l’aura, il ne nous reste qu’à faire le tirage. La maquette est déjà finie », précise Marie Michèle Razafintsalama des Éditions Jeunes Malgaches.

Le rapport direct avec la Grande île dans le scénario de « Les Robinson de l’île Tromelin » a incité Veloniaina Rabakoly à faire la traduction. La version en malgache s’intitule « Ireo Malagasy fefika tao amin’ny nosy Tromelin ». « L’histoire vraie de Tsimiavo, l’héroïne dans Les Robinson de l’île Tromelin pourrait inspirer d’autres jeunes malgaches et leur servira de leçon. C’était un plaisir pour moi de rendre accessible à tous les jeunes Malgaches cette histoire particulière et bonne à savoir », explique-t-elle.

« Les Robinson de l’île Tromelin » des éditions Jeunesse Belin, a reçu le Prix Ravinala 2019 lors de la seconde édition de la Semaine de la littérature jeunesse francophone qui s’est tenue à Antananarivo. Ce livre relate le courage, l’ingéniosité de Tsimilavo et les siens pendant des années. Il donne une leçon d’humanité et un clin d’œil pour les missions archéologiques menées par Max Guerout sur l’île Tromelin. La touchante histoire des cent soixante esclaves malgaches à bord d’une embarcation de fortune qui a échoué sur une île déserte au milieu de l’océan Indien impressionnera les lecteurs, petits et grands. Et sa version malgache élargira certainement sa cible.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter