Faits divers

Contrebande – Le trafic de tortues radiata s’accroît à une cadence alarmante

Cette fois, les trafiquants utilisent une maquette de bateau pour occulter  les tortues.

Cinq Astrochelys radiata, objets de trafic vers Bangkok, viennent d’être sauvés par les douaniers.
Le braconnage et l’exportation illicite d’espèces protégées s’accélèrent.

Hémor-ragie en cours d’Astrochelys radiata, espèces endémiques de Madagascar et en danger critique, selon son statut de conservation. Cette fois-ci, après plusieurs cas répertoriés depuis ces dernières années, cinq tortues étoilées ont été épargnées d’un trafic, à Mamory Ivato, samedi dernier. Toujours en vie, elles seront restituées au Ministère des eaux et forêts. « Au fur et à mesure que les contrôles sont renforcés, proportionnellement, les trafics se font de plus en plus ingénieux et les auteurs ne manquent pas d’imagination », souligne le Directeur général des douanes Lainkana Zafi­vanona Ernest, ayant constaté de visu ce coup de filet fructueux effectué par ses collaborateurs douaniers.
Cette nouvelle tentative d’exportation illicite de reptiles prohibés a été déjouée lors du traitement d’un vol à destination de Bangkok. Les cinq tortues ont été retrouvées dans un paquet envoyé en groupage. Les contrebandiers les ont soigneusement scellées dans une ébauche de bateau en bois. Les agents de la douane ont fait passer le colis au scanner où tout a été détecté. « En matière d’exportation, l’inspection se fait systématiquement en circuit rouge pour lequel le passage au scan est exigé et effectué à 100%. Déjà, l’Asie est considérée comme étant une destination à risque, donc, la douane déploie une maximum de vigilance », d’après les précisions obtenues.

Crime transnationale
Les trafics de faune et de flore interceptés ont, très souvent, eu lieu en week-end et jours fériés. « Les auteurs auraient pensé que les correspondances sont moins compliquées à ces moments-là, alors que la douane veille et protège le territoire à tout moment où rien ne passera inaperçu au contrôle de haute vigilance », indique le responsable de cette administration.
Cruelle par nature pour ces animaux victimes, cette criminalité déstabilise les écosystèmes vitaux et sape les efforts de développement du pays qui semble devenir un terrain privilégié d’approvisionnement et de transit pour les rapaces. Organisée en transnationale, elle mêlerait corruption et falsification de documents, d’après des enquêtes réalisées.
« Les fréquentes saisies prouvent que les réseaux mafieux exportant de drogues, espèces protégées, produits illicites et prohibés persistent. Pour y faire face, la douane a, pour sa part, optimisé l’analyse de risques et procédé à toutes les anticipations possibles », rappelle son service d’information.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La devise ici c’est que zéro corruption zéro trafic zéro acte de banditisme et zéro de toute chose qui va nous emmener dans un ravin ! De deux on a aussi une devise qui dit que: Aucun pitié à celui ou celle qui ne respecte pas la loi celui-ci est fait pour tout le monde ! Alors a dieu à la pitié et tout personne exécutant cela sera puni d’une peine qu’il le mérite