A la une Politique

Cent jours – Un Président toujours en campagne

Le président de la République concède que tout ne peut être fait en cent jours et qu’il s’est engagé sur un mandat de cinq ans.

Andry Rajoelina tend à rester dans une logique de conquête de l’opinion publique. Une posture dans laquelle il a réitéré ses engagements de campagne et défendu certaines initiatives prises.

Me voici Prési­dent. Des mots que Andry Rajoelina, président de la République, a prononcés en entrée en matière de son allocution au palais des sports, à Mahamasina, hier. Durant presque trois heures, le locataire d’Iavoloha a, toutefois, semblé garder la posture d’une personne en campagne de séduction politique.
« Me voici de retour ici en tant que président de la République et cent jours après ma prise de fonction. Nous voilà à nouveau réunis en cet endroit », a déclaré Andry Rajoelina, hier. L’événement, justement, rappelait l’ambiance de la déclaration de candidature du Président de la République, le 1er août 2018. Autant sur la forme, le décorum, le geste, le ton que sur le verbe du chef de l’État, la cérémonie a rappelé ses heures de campagne. « C’est comme s’il était toujours en campagne. C’est comme s’il était encore, dans une position où il devait convaincre un électorat », notent certains observateurs.
« Jeune, dynamique, visionnaire, patriote », des mots qui ont fait mouche auprès de ses partisans durant la campagne électorale, et que le Chef de l’État, a réitéré, hier. « Je réitère ici, les engagements solennels que j’ai faits. (…) Nous allons les réaliser à 100% », a soutenu le Président, debout au milieu du palais des sports. Une phrase qui, visiblement, était le fil conducteur de sa prestation. Comme s’il fallait nécessairement mettre tout le monde d’accord, le président de la République s’est évertué à défendre les décisions et initiatives qu’il a prises depuis son investiture et répliquer à ses détracteurs.
Andry Rajoelina a, par exemple, rétorqué aux grognes sur le nombre et le respect de l’équilibre régional au sein du gouvernement. « Mettre en place le gouvernement n’a pas été facile puisque j’ai plusieurs collaborateurs. (…) Seulement, mes choix ont été dictés par le souci de l’intérêt de la population et le développement du pays », a-t-il, notamment, lancé.

Cinq ans
Il a, également, réaffirmé ses intentions de procéder à un référendum pour la mise en place de gouvernorat et la suppression du Sénat.
Le chef de l’État a rappelé ses arguments sur la décentralisation, ou encore, avoir des fonds à disposition pour des projets locaux et même des exemples internationaux pour faire valoir ses intentions. En réponse à ses détracteurs, du reste, le locataire d’Iavoloha a, entre autres, annoncé des acquisitions d’hélicoptères ou encore d’avion porteur de troupe pour les forces armées, avant la fête nationale. Le volet sécurité qui, probablement, constitue l’un des secteurs dans lesquels, l’admi­nistration Rajoelina a été relativement active durant ses cent premiers jours.
Le Président a ainsi, souligné le démantèlement d’un réseau de ravisseurs et l’augmentation du nombre de bovidés volés restitués à leur propriétaire. Pour indiquer que porter le maillot d’un Président n’est pas facile, il a mis en avant son emploi du temps chargé et ses horaires harassants et qu’il y a des bras de fer à engager pour parvenir à hausser le salaire minimum et à baisser le prix du carburant qui sont des promesses de campagne. Aussi, a-t-il demandé à l’assistance d’acquiescer les éventuels désagréments « ponctuels », en conséquence.
Pour tempérer les ardeurs et éventuelles impatiences face à ses annonces et promesses, il soutient, néanmoins, « que l’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas en cent jours que l’on pourra concrétiser nos engagements et les projets prévus. Nous nous sommes donnés cinq ans pour le faire et nous y parviendrons », en ajoutant « diriger un pays n’est pas facile. Il y a plusieurs difficultés auxquels il faut faire face (…) ». Aussi, Andry Rajoelina lance-t-il un nouvel appel à un élan collectif.
Ses cent jours de grâce de l’administration Rajoelina sont, toutefois, écoulés. Dorénavant, chaque fait et geste du chef de l’État et de son équipe sera décortiqué. Comme il l’a indiqué, il a saisi cette occasion pour « révéler à la population les dessous et les difficultés de la conduite des affaires étatiques ». Il faudra maintenant arborer pleinement la cape du Président et garder le cap de son programme politique tout en tenant compte des observations et balises. En démocratie, la pluralité d’idées et d’avis est la règle. Au-delà des shows, le pouvoir sera jugé par ses résultats.

 

10 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Les résultats sont patents à la lueur de ce formidable projet de construction de la RN 44 avec la banque mondiale . Les détracteurs du régime en auront pour leur grade car c’est un financement qui ne relève pas de la continuité d’état . En tout cas ANR est apparu en verve contrairement aux attentes des aigris et des frustrés espérant que l’avis controversé de la HCC sur le référendum allait le mettre à terre . Le patriotisme inclusif est en route .Comme du temps de Mitterand cette fois ci ces soutiens diront  » tiens bon Zandry kely  » .

      • Vous vous trompez certainement d’époque ! Nous sommes au 21e siècle et c’est la mondialisation qui régit les relations internationales . Jouer sur les mots « rembourser et dettes  » démontre vos suffisances à comprendre les arcanes du fonctionnement des institutions financières internationales à moins que c’est tout simplement de la mauvaise foi …et ce n’est pas la Chine qui fera votre victoire sans dettes !

  • Je ne vois pas qu’est ce que la campagne à avoir dans un compte rendu et un appui a ce qu’il va réaliser!! Aucun PR n’a effectué une acte comme tels mais fasse sont travail et ne mets jamais rien au courant à la population!! Vous ne supportais juste pas le fait qu’ANR diffuse ce qu’il va réalise et en voici le résultat! Mais bien dans votre tête que celui-ci n’empêchera jamais ANR à travailler et à faire Madagascar un pays développer!

  • c’est une mode de façon dans tout président doit en avoir car de plus il faut montré à tout le monde qu’il est prêt et qu’il ne va pas trahir son peuple,en plus qu’il est proche des gens

  • mais quel type de la campagne tu parles? d’ou est ce que ça pourrait avoir? est ce que vous maîtrisez bien les choses que vous parliez? il faut bien réfléchir avant d’agir pour que les gens ne vous ridiculisent pas!

  • Je ne savais pas un président pourrait être transparent et avoir des comptes à rendre volontairement au peuple après que ce dernier l’on élu, pour la première fois de mes 35 ans je me sens important pour mon pays, merci Mr le Président Andry RAJOELINA

    • Quand on n’a rien foutu, un show peut en cacher un autre pour qu’on ne regarde pas trop de près la réalité.
      Avez-vous pensé une seule seconde qu’il a martelé pendant sa campagne qu’il ne s’adressera pas aux bailleurs traditionnels et en a même reproché son adversaire ? Et là, qu’est qu’Il fait ?
      Vous allez répondre que c’est pour le bien du pays. Si c’est votre réponse, c’est que vous êtes comme lui.

  • N’a-t pas dit lors de la campagne présidentielle qu’il ne se permettra pas de s’adresser aux bailleurs de fonds pour ne pas leur « trosa »-er ? Pourquoi ne tient-il pas parole? Parce qu’un menteur reste toujours et restera un menteur même s’il est président de la république.

  • Si vous pensez que le président fait la campagne, tant pis mais la vérité ce que présidant a confiance en lui et son pouvoir. Il a bien le droit de faire le rapport envers son peuple, en tous cas il n’invente rien car tous ce qu’il a dit c’est la stricte vérité!