Economie

Ressources halieutiques – La coopération internationale pour lutter contre la pêche illégale

Empêcher le poisson capturé illégalement d’atteindre les ports. «Il est quelque peu difficile de surveiller les 6 000 km de côtes avec deux bateaux», a souligné le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Lucien Ranarivelo, dans une interview. Madagascar peut, toutefois, compter sur les accords qu’il a signés pour lutter contre la pêche illégale.

L’Accord, sur les mesures du ressort de l’État du Port (AMEP) figure parmi ses traités dont la Grand île est signataire depuis 2017 avec une soixantaine de pays. Le texte prévoit, entre autres, que chaque pays membre prenne des mesures pour assurer l’échange d’informations entre les organismes nationaux compétents et pour coordonner les activités de ces organismes.

Un atelier se tient actuellement sur la mise en œuvre des textes en partenariat avec la FAO. « Nous devrons communiquer et travailler ensemble à travers nos ministères et agences pour vérifier les informations et prendre des mesures contre les opérateurs illégaux», souligne un responsable du ministère de tutelle. La mise en place de canaux de coopération et de communication est ainsi au cœur de l’atelier.

Tweets & Dépêches