Accueil » Editorial » Gab…gie
Editorial

Gab…gie

Que de grognes à propos des services fournis par les banques en général et les Guichets automatiques ( GAB) en particulier. Aller dans une banque est devenu un véritable calvaire. On risque d’y passer toute une journée. Et il n’y a pas une qui est mieux qu’une autre. Comme si elles se sont passées le mot pour se complaire dans la médiocrité.La concurrence ne semble pas avoir servi à quelque chose comme c’est le cas entre les compagnies pétrolières qui se sont arrangées sur le prix.

C’est donc exactement la même rengaine dans les banques. Que ce soit à l’intérieur qu’aux GAB, on doit faire la queue. Les GAB, soit ils ne fonctionnent pas deux fois sur une, soit ils ne font que débiter votre compte sans débloquer la somme demandée. C’est ainsi fêtes de fin d’année comme les jours ordinaires. La suite c’est une formalité fastidieuse où on vous envoie balader d’un bureau à l’autre pour rétablir la situation.

À l’intérieur si vous venez pour un retrait, on vous donne un numéro qui indique le nombre de personnes qui se trouvent devant vous pour l’opération en question. Mais alors que le ticket souligne bien qu’il y a trois personnes devant vous, il vous faut ronger le frein car quinze clients passent avant vous.

Là où on ne distribue pas un numéro, vous devez faire preuve de beaucoup de patience derrière ceux qui font des versements en espèces. Et si vous tombez sur des agents de grandes sociétés pétrolières ou de télécommunications, il faut annuler les rendez-vous de la journée. Toutes les banques sont incapables de consacrer un guichet pour les versements en espèces et un autre pour les retraits. C’était pourtant le cas dans les années 70 à la BNCI. Tout était bien organisé alors que tout se faisait manuellement. Le numérique balbutiait dans les pays développés.

On croyait qu’avec la privatisation, les services vont s’améliorer. On a du déchanter à en juger la situation actuelle. On va dans une banque comme si on allait quémander. Et si vous touchez un chèque avec un montant relativement important, vous risquez d’y passer toute la journée. Le temps qu’ils appellent le gestionnaire de compte du propriétaire du chèque, cela peut prendre une éternité avant d’être validé ou pas. Le gestionnaire semble avoir une autre occupation et ne se soucie guère que vous aussi en a autre que faire la queue et poireauter dans une banque.

Cela ne coûte pas un investissement faramineux pour améliorer ces services. Mettre un guichet de plus pour les retraits, recruter des gestionnaires de compte consciencieux et respectueux des clients, cela ne doit pas constituer un problème insurmontable pour ces banques dont la renommée n’est plus à faire. Et puis c’est un signe de reconnaissance aux clients, les premiers investisseurs de la banque.

C’est relativement facile mais après un quart de siècle de privatisation, force est de constater qu’on ne peut pas le prendre pour … argent comptant.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter