TOURNÉE PRÉSIDENTIELLE - Manakara sort de l’ombre


Près de deux ans après avoir été dévastée par deux cyclones successifs, la ville de Manakara reprend des couleurs. Une série d’inaugurations et de lancements de travaux y a été menée par le président de la République et des membres du gouvernement, hier. Une liesse. C’est ce qui a été noté chez les habitants de Manakara, hier. Un sentiment que Andry Rajoelina, président de la République, n’a pas cessé de souligner à chacune de ses prises de paroles durant la série d’inaugurations et de lancements de projets d’infrastructures dans la ville. Capitale de la région Fitovinany, Manakara est une des villes de la partie Sud-Est du pays, ravagées par les cyclones Batsirai et Emnati, en février 2021. Deux catastrophes naturelles en un mois qui ont laissé des plaies profondes dans le système socio-économique des habitants de cette partie du pays. À une certaine mesure, cette journée inaugurale a été comme une bouffée d’air pour les habitants de Manakara. D’autant plus qu’à l’affiche du programme a figuré l’inauguration du pont de Manakara Be, nouvellement reconstruite. “Je suis ravie de la reconstruction de ce pont. Nous ne serons plus obligés de faire un long détour et de louer un taxi moto pour aller à Tanambao faire nos courses. Les écoliers n’auront plus à traverser le Pangalane en pirogue pour aller à l’école et rentrer”, se réjouit madame Josiane, une épicière qui réside à Manakara Be. Le pont qui relie les deux parties de la ville de Manakara s’est écroulé sous la pression d’un poids lourd en surcharge, en décembre 2012. L’infrastructure n’a ainsi été reconstruite que dix ans après. La reconstruction du pont de Manakara Be a été annoncée par Andry Rajoelina durant une visite à Manaraka, en 2020, à la demande des habitants. “C’est un Velirano que j’ai fait à la population de Manakara. Je concrétise mes engagements”, déclare le locataire d’Iavoloha. Après l’inauguration du pont nouvellement construit, le chef de l’État a décidé de faire le trajet jusqu’au stade Manara-penitra de la capitale de la région Fitovinany, à pied. Une marée humaine a décidé de lui emboîter le pas et l’accompagner. Il n’a fallu qu’une dizaine de minutes pour faire le trajet entre la rive de Manakara Be, jusqu’au stade Manara-penitra inauguré, hier, également. Le nouveau pont construit en armature de métal a une durée de vie estimée à quarante ans, selon Jerry Hatrefindrazana, ministre des Travaux publics. Il pourra aussi supporter une charge de 44 tonnes. Il est, par ailleurs, élargi à deux voies. Pour marquer le coup, une délégation gouvernementale conduite par Christian Ntsay, Premier ministre, a également été du voyage à Manakara. Absence “Ce n’est pas tous les jours que moi et le Premier ministre nous partons en mission ensemble. Lorsque c’est le cas, cela n’est jamais anodin. C’est la preuve de la détermination du gouvernement à travailler pour le développement de Manakara et de cette région”, affirme le président de la République. L’autre point d’orgue de la journée d’hier est, justement, la pose de la première pierre du campus universitaire de Manakara. Le futur campus universitaire de Manakara pourra accueillir mille cinq-cents étudiants, affirme Béatrice Assoumacou, ministre de l’Enseignement supérieur et des recherches scientifiques. “L’université accueillera des filières qui correspondent aux besoins de cette partie du pays”, explique-t-elle. L’économie bleue, l'ingénierie hydraulique et électrique, l’agronomie, la nutrition, ou encore l’environnement et le tourisme devraient être les filières d’étude proposées à entendre la membre du gouvernement. Sauf changement, le campus universitaire de Manakara sera terminé l’année prochaine. Les nouveaux locaux de la direction régionale du ministère du Travail, de la fonction publique et des lois sociales ont également été inaugurés, hier. Pareillement, pour un centre d’accueil et de soutien aux personnes en situation de handicap et aux personnes âgées. Ce déplacement présidentiel à Manakara a aussi été l’occasion de relancer les travaux d’édification de l’hôpital Manara-penitra de la capitale de la région Fitovinany. La construction de cet établissement hospitalier a été lancée durant la Transition, mais à l’arrêt depuis la fin de cette période d'exception. L’état de délabrement du site a visiblement irrité le chef de l’État. “Nous ne laisserons plus personne couper notre élan de développement, ou freiner nos efforts de développement”, lance ainsi Andry Rajoelina. Outre l’Exécutif, plusieurs parlementaires, avec Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, en tête, ont également fait le déplacement. La présence de la boss de la Chambre basse est probablement pour masquer l’absence du député Brunelle Razafintsian-draofa, élu d’Ikongo, un des trois districts de la région Fitovinany et vice-président de cette institution. À cause des déboires d’Ikongo, depuis les deux rafales cycloniques en février 2021 et leurs conséquences humanitaires, puis la tuerie d’août dernier, un malaise semble s’être installé entre le député Razafintsiandraofa et le pouvoir.
Plus récente Plus ancienne