Accueil » Faits divers » Toliara – Un bébé violé décède à l’hôpital
Faits divers

Toliara – Un bébé violé décède à l’hôpital

Le fokonolona s’attroupe sur les lieux du crime.

Une innocente qui aurait eu 2 ans le 18 décembre a rendu l’âme à l’hôpital de Toliara, hier. Elle a été violée par un conducteur de cyclo-pousse, âgé de 36 ans.

CRIME monstrueux. Un pervers, âgé de 36 ans, célibataire, a abusé sexuellement d’un bébé, dans le fokontany d’Ambiriky, dans la ville de Toliara, hier vers 11h30. La victime est décédée. Elle aurait eu 2 ans le 18 décembre prochain, selon la division de la police chargée des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM). La mère de l’enfant tombait malade. Elle a été amenée par son mari à l’hôpital vers 5 heures du matin. Ils ont confié leurs deux filles au trentenaire, leur voisin. Ce dernier a profité de leur absence pour violer la pauvre. En fin de matinée, le père de famille est retourné à leur domicile et remarquait que son bébé venait d’être victime d’un crime sadique.

Interrogatoire

Gravement blessée et « endommagée », selon le terme utilisé par la police, l’enfant a été évacuée, dans une urgence absolue, vers l’hôpital. Elle n’a malheureusement pas survécu. Le corps sans vie de la petite victime a été remis à la famille. La police s’est rendue sur les lieux du crime dès qu’elle a reçu l’alerte et a procédé à l’arrestation du pédophile qui est un conducteur de cyclo-pousse. Il serait également un féticheur. Ce violeur a été retenu en garde-à-vue. La PMPM a terminé son enquête et l’a livré dans l’après-midi à la police judiciaire qui poursuivra le traite­ment de l’affaire en tant que crime. L’inculpé sera ainsi présenté au parquet, soit ce jour ou dès la semaine prochaine. Les témoignages de l’entourage et notamment ceux de la sœur de la défunte suffiraient pour le clouer au pilori, si l’on s’en tient aux renseignements glanés. Cette nouvelle à fendre l’âme s’est très vite propagée dans tout le village. Brûlés de curiosité, les habitants sont venus nombreux observer de visu le drame. La situation était maîtrisée et calme, d’après les informations rapportées. « Nous devrions toujours être prudents pour nos enfants face à un tel acte», rappelle la commune urbaine de Toliara.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi