A la une Social

Menabe – Couvre-feu à Morondava

Des manifestants ont imposé leur loi à Morondava. Les autorités locales ont été contraintes de procéder à la réglementation de la circulation de nuit.

Circuler dans les rues de Morondava la nuit est interdit, depuis hier. Tout le monde doit être chez soi, à partir de 20 heures et jusqu’au petit matin. Un couvre-feu a été décrété par la préfecture de Morondava, à compter de la date du 27 septembre. L’organe mixte de conception (OMC), pour sa part, renforce le contrôle d’identité. La décision a été prise à la suite des manifestations violentes qui se sont produites dans plusieurs quartiers de Morondava, dans la journée. Une foule s’est montrée très agressive pour protester, d’une part, contre la mise en liberté provisoire de deux personnes inculpées dans un vol de zébus et dans un meurtre il y a quelques mois, et d’autre part, sur le problème d’irrigation des champs de rizière, à cause de la crise au niveau du barrage de Dabarà. « Ce couvre-feu ne sera levé que lorsque la situation se calmera », souligne une source.

Ce tumulte s’est conclu par la perte d’une vie humaine. Un homme a été abattu par les forces de l’ordre dans le village d’Analaiva, l’après-midi. Il faisait partie de cette foule qui a manifesté dans cette ville de la région de Menabe. « Ils ont lancé des pierres à l’endroit des véhicules et des voyageurs bloqués à Analaiva. Ils ont, également, pillé leurs bagages. Armés, ils sont allés jusqu’à tirer des coups de feu. Nous étions obligés d’intervenir. Ils ne se sont dispersés qu’en voyant leur ami à terre », relate une source auprès de la gendarmerie sur place. Irrité par le meurtre de leur camarade, quelques-uns ont brûlé le bâtiment du poste de la gendarmerie de ce fokontany. « Lorsque nous sommes partis escorter la vingtaine de véhicules vers la ville de Morondava, ils y ont mis le feu. Ils ont aussi saccagé les toits », rajoute la source.

Vandalisme
Cette manifestation a commencé très tôt. Vers 6 heures du matin, des agriculteurs d’Ankiliabo Misompotsy ont placé des barrages sur plusieurs endroits, bloquant la circulation entre Mahabo et Morondava durant plusieurs heures. « Il ne s’agissait plus d’un acte de révolte, il y a eu certainement des profiteurs dans la foule », supposent des sources auprès des forces de l’ordre. Effectivement, les actes de vandalisme ont proliféré. Des véhicules tout terrain qui transportaient des touristes, des magasins, des motards, des véhicules de transport en commun, un bureau administratif, en ont été victimes. Les forces de l’ordre n’ont procédé à aucune arrestation, malgré ces troubles à l’ordre public. « Il est difficile d’arrêter qui que ce soit, en ce moment. La situation risque d’empirer, la tension est encore très vive », indiquent les forces de l’ordre.

Les problèmes n’ont pas été réglés, hier, malgré les négociations entre les autorités locales, les forces de l’ordre et les manifestants. Ces derniers ont menacé de poursuivre leur manifestation, étant donné que le problème d’irrigation n’a pas été résolu. Par ailleurs, les personnes mécontentes par la mise en liberté des deux présumés « dahalo », auraient menacé des magistrats à Morondava. Des sources mentionnent, pourtant, que c’est le tribunal de Toliara qui a accordé la libération de ces deux personnes, si celui de Morondava a rejeté leur demande. « Ils ont fait appel à Toliara, et ont eu gain de cause », affirme une source. De telles décisions poussent la population à ne plus faire confiance à la justice et à procéder à la vindicte populaire.

 

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Aleo tokoa mitsabo toy izay misoroka. Asa na mba tsapan’i Andry Rajoelina fa noho ny zavaratra nataony tamin’ireny krizy ireny no nahatonga ny fiaraha-monina tsy milamina. Rehefa maro mantsy ireo very asa dia lasa voatery tsy fidiny ireto mitady fomba hafa.

  • Misy miezaka mamboly fanakorontanana mihitsy eto @ firenena @zao ka tokony ho mailo hatrany isika!!! Ahiana ho misy hifandraisany @ zava-misy eo @ tontolon’ny fifidianana daholo ireny tranga ireny na dia ny sosialim-bahoaka aza no resahina satria any mihitsy no ezahin’ny sasany hokitihina