Accueil » A la une » Loisirs – Des simulateurs de vol ouverts au public à Itaosy
A la une Social

Loisirs – Des simulateurs de vol ouverts au public à Itaosy

Le similateur d’un Boeing 737.

Outils servant à l’entraînement des pilotes, les simulateurs de vol sont aussi ouverts au grand public depuis quelques années. Les trous d’air et zones de turbulences en moins.

LES passionnés d’aviation et ceux qui sont fascinés par le métier de pilote de ligne peuvent désormais réaliser leur rêve : Être aux commandes d’un Boeing 737. Car à Itaosy, se trouvent les premiers et uniques simulateurs de vol ouverts au grand public à Madagascar. « Un simulateur, d’une manière générale, est un matériel qui tend à copier au plus proche possible un matériel similaire dans le monde réel. Par exemple, un simulateur d’avion est un ensemble d’ordinateurs et d’instruments répliquant le cockpit d’un avion, physiquement et/ou fonctionnellement. Il s’agit d’un matériel dans une salle. La session se fait avec un moniteur pour inculquer les bases », explique sommairement Naivoh, propriétaire des simulateurs et fondateur du groupe Facebook Malagasy Flight Simer.

« Pour le grand public, un simulateur, peut être un simple ordinateur et un logiciel, avec un matériel basique comme la manche, les manettes de gaz et le palonnier (pédale). Il tend à répliquer juste le fonctionnement de l’avion. En plus élaboré, on a une copie en échelle grandeur nature du cockpit d’un avion spécifique, ainsi que son fonctionnement (exemple, notre Boeing 737). Il existe aussi des simulateurs à mi-chemin entre ces deux. C’est le cas de notre simulateur d’avions légers: il a des répliques des instruments physiques d’un avion mais le design n’est pas spécifique à un seul avion, nous avons misé sur la versatilité », explique Naivoh Rakotonirina.

Le public peut se rassurer, l’expérience sur le simulateur est exempte de trous d’air et de zones de turbulences. « Pour les gros simulateurs accessibles au public, on n’a pas de « trous d’air » ou autres mouvements de la chaise. La raison est que c’est beaucoup trop cher, non seulement en achat, en utilisation mais aussi en maintenance. Ce n’est pas commercialement viable. Ces types de simulateurs sont généralement pour les centres professionnels d’entraînement de pilotes. Sinon, pour le grand public, il arrive quelquefois de trouver des simulateurs avec chaises qui bougent, mais uniquement pour les petites configurations, des simulateurs répliquant fonctionnellement l’avion, mais pas son ergono mie, avance notre interlocuteur.

Être aux commandes d’un 737, le rêve peut être accessible à partir de 7 ans. Le coût de la séance est de 35 000ariary par tranche de 30 minutes. Le client peut prendre une session de 30 minutes ou 1h ou 1h30 etc.. Ce tarif couvre un ou deux personnes pour les sessions de 30 minutes. Il couvre 1 à 4 personnes pour les sessions de 1h ou plus. Sur le Boeing 737, il est possible de jouer à deux en même temps, donc en tant que commandant de bord (côté gauche) et copilote (coté droite).

Du rêve à la réalité

Travaillant dans un bureau d’étude technique fournissant des services aux pilotes (plan de vol, briefing, études techniques stratégiques etc.,) depuis 15 ans, Naivoh Rakotonirina est depuis toujours, un passionné de simulateurs. « De là est née ma passion pour le simulateur. En parallèle, j’ai créé un groupe pour que les gens puissent partager leur passion sur la simulation. À un certain stade, tout passionné avance automatiquement dans le montage de son propre simulateur. C’est comme cela que cela a commencé. Par des objectifs personnels. Avec mon collègue Fenosoa et mon frère Laza, ainsi que le support de nos familles respectives, nous avons fini par faire l’acquisition des deux simulateurs », explique-t-il.

Le simulateur a certes, un côté ludique mais il a également un aspect pratique. Car, Malagasy Flight SIMer propose un matériel professionnel et un logiciel professionnel spécifique pour Boeing 737 disponibles pour les vrais pilotes. « Ils peuvent aussi utiliser notre simulateur pour l’entraînement à certaines tâches. En effet, on peut aussi évoluer en dehors du domaine ludique car à travers le simulateur, on inculque et on transmet certaines valeurs et état d’esprit hérités du monde de l’aviation que sont la rigueur, la réactivité, la communication et le travail en groupe », explique Naivoh Rakotonirina.

À l’horizon 2023, nous allons maintenir la feuille de route qu’on a mise en place cette année avec le renforcement de la structuration de nos activités, la stabilisation des activités et l’amélioration de nos matériels. D’une certaine manière, notre configuration actuelle (gestion à distance de certaines parties de l’activité, existence d’une autre activité professionnelle principale), ainsi que le contexte actuel à Madagascar (Covid, délestage, baisse du pouvoir d’achat etc.) nous incitent à avancer lentement sur le côté commercial de l’activité. Du coup, on opère un peu en mode mixte. À moitié commerciale (les séances payantes) et à moitié associative (activités associatives avec les membres du groupe et une certaine frange du public).

Le simulateur se trouve à Itaosy, dans un local privé, accessible sur réservation qui se fait par message privé sur la page de Malagasy Flight SIMer. Les clients sont accueillis du jeudi au dimanche, de 9h à 16h. Pour une expérience unique. Et peut-être… faire naître des vocations.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter