Accueil » A la une » Démission – Rivo Rakotovao s’apprête à l’intérim présidentiel
A la une Politique

Démission – Rivo Rakotovao s’apprête à l’intérim présidentiel

Le président du Sénat démissionne de son statut de président national du parti HVM. Une décision en vue de l’intérim à la présidence de la République.

Avant-coureur. Rivo Rako­tovao, président du Sénat, a annoncé, hier, sa démission en tant que président national du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Une annonce faite lors d’une réunion des ténors de Bleus à l’hôtel Carlton, Anosy.
« Comme nous le savons, la Constitution prévoit que c’est le président du Sénat qui assure l’intérim de la présidence de la République, en cas de vacance. C’est une manière de se conformer à la loi, mais aussi pour que le parti puisse déjà se préparer et envisager la suite. Nous n’allons pas attendre en septembre pour décider de ce qu’il faudra faire », est l’explication de sa démission donnée par Rivo Rakotovao.
L’annonce faite par le numéro un de la Chambre haute, hier, sonne comme annonciatrice de la candidature de Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, à l’élection présidentielle prévue le 7 novembre. La Constitution dispose, en effet, que le chef de l’État en exercice qui se porte candidat démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin. Au regard de la date du premier tour, la démission présidentielle devrait se faire le 9 septembre, en cas de candidature.
« Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président », ajoute la Loi fondamentale. Le locataire d’Iavoloha, jusqu’ici, refuse de se prononcer sur sa candidature ou pas à la prochaine course à la magis­trature suprême. Dans son discours hier, le désormais ancien président national du parti HVM affirme qu’Hery Rajaonari­mampianina sera l’unique candidat des Bleus.

Incompatibilité
« Notre objectif est d’offrir un second mandat au président de la République », déclare Rivo Rakotovao. Il en appelle ainsi à la mobilisation et la cohésion de ses troupes, d’autant plus, au lendemain des défections tonitruantes de certains de ses membres. « Nous n’obligeons personne. Seulement, en tant que politicien, notre rôle est d’essayer de convaincre nos concitoyens à adhérer à notre idée », soutient-t-il.
À entendre les sous-entendus glissés hier, l’investiture du président de la République comme porte-étendard du HVM lors de la joute présidentielle pourrait se faire lors d’une assise régionale du parti, à Antsiranana. Ce rendez-vous, annoncé pour les 10 et 11 août, pourrait se muer en un premier congrès national des Bleus, afin d’introniser leur favori pour la course à la magistrature suprême.
En l’absence de congrès national, par ailleurs, le règlement intérieur des Bleus voudrait, selon leur ancien prési­dent national, que sa démission soit déposée devant les mem­bres fondateurs. Ce retrait, du reste, est nécessaire dans l’optique d’un intérim de la présidence de la République.
La Constitution, toujours, veut que les fonctions de président de la République soient incompatibles avec toute activité au sein d’un parti politique, entre autres. L’intérim que devrait assurer Rivo Rakotovao motive néanmoins des inquiétudes quant à la neutralité de l’administration durant la joute électorale. Quoi qu’il en soit, le président du Sénat aura des difficultés à se défaire de son étiquette de président du parti HVM aux yeux de l’opinion publique.
« Je dois être un modèle en matière de neutralité », affirme l’ancien chef de file des Bleus. « Arrêtons les procès d’intention. Ce ne sera pas à moi, d’autant plus, de préparer les élections. Cela appartient à la Ceni [Commission électorale nationale indépendante] et au ministère de l’Intérieur. Il y a, par ailleurs, le Premier ministre qui s’assurera de la neutralité de l’administration », ajoute-t-il.

Présence en nombre de chefs de région

Plusieurs chefs de région ont participé à la réunion politique du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara », à l’hôtel Carlton Anosy, hier. Ces responsables décentralisés qui, jusqu’ici sont nommés, assurent, pour la plupart, les coordinations régionales du parti présidentiel. Une note prise par le ministre de l’Intérieur, le 25 juillet, rappelle pourtant l’obligation de neutralité politique et de réserve des responsables centraux et territoriaux. Les Chefs de région sont parmi les destinataires de cette note qui interdit la participation à toute réunion ou manifestation publique revêtant un caractère de propagande électorale. Le décret d’application de la loi organique sur le régime général des élections et des référendums souligne, par ailleurs, qu’il est interdit aux membres non élus de l’Exécutif des collectivités territoriales décentralisés, de prendre part à la campagne électorale. Un point qui pourrait être rappelé aux chefs de région, le moment venu.

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Neutralité? Rivo Rakotovao?
    ça c’est de la politique pure ça.
    c’est dégoutant la politique.
    mais bon, allez-y!
    Nous allons voir où la brutalité, l’entêtement, l’argent, manipulation et le pouvoir peuvent vous emmener, les HVM.

  • Matoa i Andrimatoa Rivo Ratovao niala tsy ho filohan’ny HVM dia mazava-be satria tsy azo atao ny mitazona andrikitra roa eo amin’ny sehatra roa mitovy , izany hoe tsy mety raha izy no filohan’ny SENAT no sady filohan’ny antoko HVM rehefa hametram-pialana ny filoha.

  • Tsy mandiso fanantenana ny vahoaka hatrany ity antoko ity na maro aza ny manenjika azy ary hita arak’izao fa vonona tokoa izy ireo hiatrika ny fifidianana.