Accueil » A la une » Rapt d’une Suissesse – Les ravisseurs réclament cent millions d’ariary
A la une Faits divers

Rapt d’une Suissesse – Les ravisseurs réclament cent millions d’ariary

La  petite  Fara  Leihman,  saine  et  sauve  auprès  de  sa  famille.

Trois suspects sont en garde-à-vue à la gendarmerie de Tanà-ville pour le kidnapping de la fillette Fara Leihman. Une rançon de cent millions d’ariary a été signalée.

Rapt d’enfant. Fara Leihman, 3 ans, fille d’une mère malgache et d’un père suisse, vivant dans le quartier d’Iavoloha, est maintenant hors de danger. Elle a été retrouvée à Ambohi­manarina, jeudi après-midi. Elle est un peu traumatisée, a-t-on indiqué.

Une enquête rondement menée par la gendarmerie de Tanà-ville a mené à la capture des premiers sus­- pects du crime. Au moins trois personnes, dont la nourrice de Fara, se trouvent en garde-à-vue. De nouvelles arrestations sont toujours en cours, aussi bien dans la capitale qu’en province.

Pas plus de détails n’ont donc transpiré jusqu’ici, car les fins limiers affirment être au cœur de leur investigation. Des renseignements officieux arrachés au compte gouttes révèlent qu’il s’agit très bien d’un cas de kidnapping. Les ravisseurs auraient réclamé une rançon faramineuse, s’élevant à cent millions d’ariary.

Aucun centime n’a été versé. L’alerte et les signalements partagés par milliers sur facebook le jour de l’enlèvement ont permis d’accélérer la recherche. La famille de l’enfant a, par ailleurs, déposé plainte à la gendarmerie.

Engagée

C’était mercredi matin, vers 8 heures, la mère de Fara Leihman a envoyé leur nouvelle employée faire les courses, puisqu’elle était occupée à travailler. Elle lui a dit d’emmener avec elle sa fille. Puis, elles sont alors parties et ne sont plus revenues. La jeune femme aurait pris un bus vers le centre-ville avec la pauvre innocente. Depuis, personne n’avait plus aucune nouvelle d’elles.

« En effet, cette nourrice disait qu’elle n’avait pas de carte d’identité. Elle vient de Toamasina. Elle s’est manifestée lorsque la maman de Fara a cherché sur facebook une aide, âgée de 30 ans et plus. Elle n’aurait que 27 ans. Alors, elle a été engagée et récupérée au stationnement de taxi-brousse à son arrivée le vendredi 20 mai », confie une proche de la famille plaignante.

« Personne ne se doutait de ce qu’elle allait commettre », ajoute-t-elle. De son côté, la gendarmerie planche sur l’enquête pour identifier le mobile du crime et le véritable cerveau de l’affaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter