Accueil » A la une » Hausse du carburant – Hausse du prix du ticket de bus si zéro compensation
A la une Social

Hausse du carburant – Hausse du prix du ticket de bus si zéro compensation

Les transports prévoient aussi d’augmenter leurs tarifs.

Les transporteurs envisagent une hausse du prix des transports, en cas de hausse du carburant. Le nouveau tarif est à fixer.

Les transporteurs à Antananarivo réagissent à l’annonce de l’inévitable hausse du carburant, faite par le Chef d’État Andry Rajoelina, récemment. «Le prix du ticket de bus augmentera, si le prix du carburant hausse et s’il n’y a pas d’intervention de l’État. Si l’État nous offre une compensation, le tarif actuel sera maintenu.», déclare Jean Louis Émile Rakotonirina, vice-président de l’Union des coopératives de transports urbains (UCTU), hier.

Il ne serait plus possible pour les transporteurs de s’en sortir avec le tarif actuel. «Tout a augmenté, sauf le carburant : les lubrifiants, la pneumatique.», lance Fidimalala Rakotoarimanana, président de l’Union des coopératives de transports suburbains (UCTS). Plusieurs transporteurs se seraient reconvertis dans d’autres secteurs. «Ce secteur n’est plus bénéfique. Si une coopérative a cent membres, quarante ont abandonné. Ils ont vendu leurs véhicules à bas prix, à des nouveaux transporteurs.», donne en exemple Fidimalala Rakotoarimanana. Même des membres de bureau des unions de coopérative n’auraient plus de véhicules.

Des consultations seraient en cours au niveau de chaque coopérative de transport urbain, par rapport à cette éventuelle hausse du prix du ticket de bus. «Nous n’avons pas encore fixé le nouveau tarif, vue que le nouveau tarif du carburant et la date d’application de la hausse ne sont pas encore précis. Nous prévoyons de prendre une décision, le 5 mai.», enchaîne Jean Louis Emile Rakotonirina. Pour l’UCTS, la révision du prix dépendra des décisions au cours d’une assemblée générale. «Tout dépendra du taux d’exploitation. La hausse progressive du prix du carburant doit, également, être considérée avant d’annoncer un nouveau tarif.», indique Fidimalala Rakotoarimanana.

La compensation a permis aux transporteurs urbains et suburbains de maintenir le tarif à 400 ariary, pendant trois ans, après la hausse du prix à la pompe, en 2015. La vérité du prix a été appliquée, en 2019, lorsque l’État n’a plus versé de compensation aux transporteurs.

La reprise de la compensation n’aurait pas encore été discutée au niveau du ministère des Transports et de la météorologie. «Nous n’avons pas encore reçu un avis de hausse de tarif, jusqu’ici.», souligne Dina Hariniry Rakotomalala, directeur général des Transports. Elle rappelle aux transporteurs l’obligation de qualité de service.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter