Accueil » A la une » Harcèlement sexuel – Un médecin incarcéré pour suspicion d’attentat à la pudeur
A la une Social

Harcèlement sexuel – Un médecin incarcéré pour suspicion d’attentat à la pudeur

Un médecin a passé devant la barre.

Une jeune femme a porté plainte contre un médecin pour des attouchements sexuels. Ce dernier séjourne en prison, depuis hier.

UN médecin en détention provisoire. Il a été envoyé à la maison centrale d’Antanimora, après son déferrement, hier, en fin d’après-midi, selon une source auprès de la Police nationale. Son chef d’inculpation : attentat à la pudeur. Une jeune femme, qui s’est présentée comme sa patiente, a porté plainte contre lui. Dans son récit, cette jeune femme raconte qu’elle s’est fait consulter par ce médecin d’un établissement privé bien connu de la capitale, suite à un problème de santé au niveau de son appareil génital. D’après ses confidences, ce professionnel de santé lui a prodigué des caresses sans son consentement, et lui a demandé un rapport sexuel.

Le médecin, pour se justifier, aurait insisté sur le fait qu’il n’a effectué que son métier, lorsqu’il a reçu cette jeune femme dans ce cabinet. Cette dernière ne serait pas, cependant, sa première victime. Une autre jeune femme a témoigné avoir subi les avances du même médecin. Cette dernière n’aurait pas porté plainte.

Les attentats à la pudeur et les harcèlements sexuels seraient des faits existants dans les milieux hospitaliers. « Le médecin m’a fait des avances répétées, pendant que j’ai été garde. Il lui arrivait de m’effleurer le corps avec ses mains. Cela me gênait beaucoup. », témoigne une victime. Elle n’a pas porté plainte et n’envisage pas de le faire.

Les plaintes sur les agressions sexuelles et les attentats à la pudeur perpétrés par un professionnel de santé seraient rares, selon une source policière. Par peur, la plupart des victimes préfèrent se murer dans le silence.

Ce médecin a été arrêté, au début de cette semaine. Son sort est entre les mains des juges.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter