Accueil » A la une » Antanifotsy – Elle étrangle et jette le bébé dans l’eau
A la une Faits divers

Antanifotsy – Elle étrangle et jette le bébé dans l’eau

L’infanticide a été commis dans le district d’Antanifotsy.

Une dame a été mise en prison, à Ambatolampy, pour infanticide. Sa fille a accouché la semaine passée. Elle a tué et balancé le nouveau-né dans une rivière, selon la gendarmerie.

C rime odieux. Une dame, âgée de 60 ans, et sa fille, 24 ans, poursuivies pour infanticide, ont été traduites devant le parquet d’Ambatolampy, mardi. La sexagénaire qui serait la tête pensante et principale auteure de l’acte abominable a été placée sous mandat de dépôt. L’autre a bénéficié d’une liberté provisoire en attendant le procès.

Un garçon allait emmener ses bœufs à la prairie, jeudi 21 avril, et a trouvé le corps sans vie d’un bébé dans la rivière d’Amorona, à Ambatomikotrana Sud, fokontany d’Amba to tsiphina Antanifotsy. La dépouille flottait près de la berge. Il a rapi ement couru pour prévenir le fokonolona et les autorités.

Le médecin a constaté que le pauvre innocent était né vivant, mais on l’avait tué et abandonné dans l’eau.

Forfait

Une enquête a été menée rondement par la gendarmerie. La mère du bébé a été identifiée. Il s’agit de la jeune femme d’une vingtaine d’années, ne souffrant aucun trouble psychiatrique. Elle est célibataire et a deux enfants. C’est sa mère qui les nourrit. Le bébé malheureux aurait été son troisième enfant.

Elle a eu des contractions au cours de la nuit de mercredi à jeudi 21 avril. Elle a accouché en chemin vers l’hôpital. Sa mère l’a aidée à sortir le bébé qui n’avait littéralement pas vu le jour.

La grand-mère a aussitôt décidé d’assassiner le pauvre bébé car elle ne pourrait pas l’alimenter à cause de la vie déjà si difficile. Elle l’a étranglé avec un tissu et jeté dans la rivière. Sa fille ne lui a pas résisté. Elle n’avait pas le choix, selon les informations rapportées par la gendarmerie nationale.

Toutes les deux, lors de leur interrogatoire, ont reconnu le forfait. « L’infanticide est un crime, quelle que soit la souffrance ou l’impasse qu’on vit. Mieux vaut ne pas accoucher, ou donner son nouveau-né à celui qui le veut ou encore le confier à un orphelinat, si on ne pourra pas l’élever », souligne la gendarmerie.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter