Accueil » Economie » Vie d’entreprise – Bientôt un nouveau modèle Karenjy
Economie

Vie d’entreprise – Bientôt un nouveau modèle Karenjy

Un véhicule Mazana II est actuellement mis en vente à 95 millions d’ariary hors taxe en version toutes options.

Le « Mazana II » mis en vente depuis 2017 connaît un franc succès. L’entreprise Le Relais lancera déjà, cette année, une nouvelle version de la marque Karenjy.

Notoriété. L’industrie automobile malgache peut se vanter. L’entreprise le Relais, sise à Fianarantsoa, axée sur un principe d’économie sociale et solidaire a réussi son pari de sortir l’idée que le « Vita Malagasy » est mauvais. Il est ainsi possible de produire à Madagascar, des véhicules 4×4 robustes, fiables, économiques et conçus par des Malgaches. Le véhicule
« Mazana II », petit-fils de Mazana I mis en circulation pour la première fois en 1985 par l’usine d’antan, Karenjy, s’est vendu depuis 2017 à près d’une quarantaine d’exemplaires. La version fourgon de Mazana II connaîtra les routes cette année.
« Nous avons un objectif de production de trente-six voitures par an. La version fourgonnette de Mazana II est en conception et sera commercialisée cette année. Elle est conçue de manière à fonctionner au quotidien et gagner en polyvalence et notamment en capacité de chargement», explique Henri Roussel, responsable commercial et après-vente de Karenjy-Le Relais.
Cette décision marketing vient en effet du constat que le véhicule 4×4 Mazana II connaît du succès auprès des clients institutionnels tels que Orange ou encore le ministère de l’Industrie, l’ambassade de France ainsi que des clients particuliers et opérateurs touristiques. Aux explications des dirigeants de la fabrique de voiture, le design « fonctionnel et non consensuel » ne laisse pas indifférent. «La voiture n’est ni moche, ni belle. Elle a été en effet conçue pour être elle, pour avoir une personnalité, une identité propre et c’est volontaire. Toutefois, cela ne nous empêche pas d’écouter les commentaires d’amélioration », soulignent les concepteurs de la voiture.

Ingénierie malgache
Une dizaine d’ingénieurs et de techniciens malgaches s’occupent des études de conception, de design, de mécanique et d’accessoires. « L’idée n’est pas de pitonner le modèle de base de Karenjy. Cependant, il y eut de grandes améliorations dans les formes qui sont un peu plus arrondies et l’on ne cesse d’effectuer des recherches sur la fiabilité mécanique de la voiture », détaille Emmanuel Randriamahay, ingénieur en recherche et développement, spécialiste en châssis et éléments mécaniques. « Nous disposons de moyens de production satisfaisante nous permettant de toujours améliorer le procédé de fabrication de voiture. La main d’œuvre est également compétente car autant de métiers sont intégrés dans le processus de fabrication des véhicules », fait savoir Ekenary, ingénieur métier.
« L’industrialisation de véhicules est très technique mais la compétence malgache n’est pas du tout décevante », reconnaît Luc Ronssin, premier responsable de Le Relais. Les actuels 4×4 Mazana II fonctionnent avec un moteur tropicalisé de 110 chevaux, PSA de Peugeot dernière génération et HDI avec un renfort adapté au type de carburant dans le pays. Un moteur, monté sur la plupart des véhicules européens comme le Berlingo. Le châssis, le capitonnage, le composant électrique et les accessoires sont, entre autres, montés à Fianarantsoa. De même que l’outillage industriel qui est reconnu plus compliqué que la conception même de la voiture.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi