A la une Politique

Rovan’i Manjakamiadana – Rajoelina annonce la reprise des travaux

Un culte à Manjakamiadana pour bénir l’IEM.

Le président de la République annonce la reprise du chantier de reconstruction du palais de la reine. Les travaux devraient être terminés pour les festivités du 26 juin de l’année prochaine.

Un culte à Manjakamia­dana, une semaine après son investiture. Visiblement le président de la République veut mettre tous les atouts de son côté. Après sa prestation de serment laïque, il se rattrape en demandant la bénédiction du pays dans l’endroit le plus historique. Histoire également de conjurer le mauvais sort en ce début de mandat noirci par cette hécatombe due à un glissement de terrain. Autant de raison pour Andry Rajoelina d’annoncer la finition des travaux arrêtés depuis 2009 pour réhabiliter le palais de la reine.
La réhabilitation du monument devrait être le principal mémorial marquant à la célébration du soixantième anniversaire du retour à l’indépendance en 2020.
« (…) J’annonce ici, que pour les 60 ans du retour à l’indépendance de Madagascar, nous allons terminer la reconstruction du “Rova de Manja­ka­miadana”, et nous allons y réinstaller les chefs d’œuvre qu’il contenait », a déclaré Andry Rajoelina, hier. Une annonce faite dans sa prise de parole durant un culte œcuménique pour la nation et la nouvelle équipe de l’Exécutif au temple du « Rovan’i Manjaka­miadana », Andohalo.

Reconquérir l’indépendance
« Le choix de tenir ce culte ici, aujourd’hui, n’est pas fortuit », souligne le chef de l’État, mettant en avant la portée symbolique des lieux vis-à-vis de la souveraineté de la nation. Dans son allocution, le locataire d’Iavoloha a indiqué que le pays est certes, indépendant, mais ne jouirais pas pleinement de cette indépendance. « Nous allons reconquérir la vraie indépendance de Madagascar par son développement », lance-t-il. À l’entendre, terminer les travaux du palais de la reine, serait le symbole de cette reconquête.
Avec un délai d’un peu plus d’un an avant la livraison, la reprise du chantier à Andohalo, devrait alors, démarrer rapidement. « Les travaux démarreront rapidement. (…) S’il n’y a pas de bailleurs, ils seront entièrement pris en charge par l’État », indique Lalatiana Rakoton­drazafy, ministre de la Communication et de la culture.
Presque entièrement détruit lors d’une incendie dans la nuit du 6 novembre 1995, les monuments du « Rovan’i Manjakamiadana », n’ont pas pu être reconstruite, jusqu’ici. Le financement des travaux a été la principale problématique, jusqu’ici.
Une opération de cotisation nationale a bien été lancée quelques mois après l’incendie. Les fonds collectés ne semblent, vraisemblablement pas, avoir suffit, pour le lancement de travaux en bonne et due forme.
Le chantier pour la réhabilitation du palais de la reine a démarré, en 2006, financé par « un emprunt national », et lancé par l’administration Ravalomanana. Les travaux ont pourtant, stoppé net, en 2008, faute de budget. L’annonce faite par le président Rajoelina, hier, devrait donc relancer la seconde phase de la reconstruction. Le chantier reste, néanmoins, colossal. Lors d’une visite faite du Rova, à l’issue du culte, hier, le constat a été frappant. À part les murs du palais, tout reste encore à faire à Manjakamiadana.
Réussir à rebâtir le « Rovan’i Manjakamiadana », sera, quoi qu’il en soit, un exploit qui marquera les esprits. « Nous avons la foi, mais elle doit être suivie par le travail. (…) Nous devons travailler pour le pays, pour qu’il soit désormais un modèle », a ajouté le président de la République, dans sa prise de parole au culte d’hier. Certaines promesses faites par le locataire d’Iavoloha, durant sa campagne électorale ont motivé les railleries.
L’un des arguments qu’il a soulevé pour répliquer à ses détracteurs est la reconstruction du palais de la ville d’Antananarivo. Un challenge qu’il a lancé lorsqu’il était maire de la capitale. Redonner sa splendeur au palais de la reine avant les festivités du soixantième anniversaire du retour à l’indépendance, pourrait être une manière de démontrer concrètement que son administration est à même de réaliser les conventions passées avec les électeurs durant la course à la magistrature suprême.

 

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Apparemment on n’a pas la même interprétation de la laïcité . On ne verra jamais Emmanuel Macron faire un discours politique dans une église . Surtout le christianisme n’est pas la seule religion à Madagascar .

  • Fanontaniana : Nahoana no tsy nataony tao anatin’ny christmas list io resaka fanarenana Rova io? Ary nahoana no tsy misy annonce tape à l’œil ho an’ireo tra-boina any anindrana?
    Valiny : Alohan’ny fifidianana, atao izay ahababo ny fon’ny Tanindrana ahazoana ny vatony. Rehefa lany, atao izay ahababo ny fon’ny Merina mba hampateza eo amin’ny fitondrana.
    Ny hakinga-tsain-Rajoelina no exploit qui marquera les esprits fa tsy ny fanarenana Rova akory.

  • Le Président Andry RAJOELINA a sagement expliqué lors d’une réunion avec nous, ses partisans qu’il aurait pu créer 90 ministères pour satisfaire les gens qui l’ont soutenu, mais, ce n’est pas ça qui prime pour lui, mais, plutôt, c’est satisfaire le peuple, en commençant par faire l’économie sur la gestion de l’Etat pour que l’argent alloué directement au service du peuple augmente. Tous ceux qui sont présents dans la salle sont d’accord avec lui, que la population d’abord.

  • c’est un grand changement du pays, déjà qu’il a fait construire l’hôtel de ville et de plus voila qu’il va faire rebâtir le palais,un idée que d’autre est devenu muet,car même tout personnes sont surprit de cet éffet

  • Bien dit Mr le Président sur la reprise des travaux du Rova Manjakamiadana. Parce que le palais du Rova est un monument historique Malgache siégeant sur les hauteurs d’Andohalo, un quartier de la ville haute d’Antananarivo. C’est un des plus beaux monuments, témoins de l’histoire de Madagascar.