Social

Environnement – Perte de cinquante mille hectares de forêts

Le Chargé d’affaires de l’Union européenne, Lothar Jaschke, a participé à la restauration forestière.

La campagne de reboisement dans la région d’Analamanga a commencé depuis mi-janvier. Trente mille hectares de superficie doivent être restaurés, cette année.

Madagascar perd cinquante mille hectares de forêts par an, selon le rapport du ministère de l’Environnement. Les exploitations illicites, la coupe liée aux besoins énergétiques, le défrichement lié aux exploitations de minéraux mais aussi, les feux de brousse, la migration, favorisent cette déforestation massive annuelle. Ce déboisement peut affecter même les forêts primaires. Dans la région du Boeny, des habitants du Sud s’y installent pour fuir l’insécurité alimentaire et y coupent des arbres pour créer leur « nouvelle résidence ». Dans la région d’Analamanga, 1 500 hectares de superficie, dont 100 hectares de forêts, sont brûlés, par an, notamment à Ankazobe. Et 90 % de l’énergie utilisée à Madagascar proviennent du bois.

Participation inclusive
La restauration de quarante millions hectares de superficie est obligatoire jusqu’en 2030, si Madagascar veut lutter contre le changement climatique et la disparition des forêts. Nous sommes en cours de route pour atteindre cet objectif.
La campagne de reboisement pour l’année 2019 est lancée pour Analamanga. Comme chaque année, elle doit reboiser 3 000 hectares de superficie. « Nous avons atteint l’objectif ces dernières années, grâce au programme d’appui à l’agro-syviculture autour d’Analamanga (ASA), financé par l’Union Européenne », indique une source auprès de la direction régionale de l’Environnement à Analamanga, le 18 janvier à Zafimbazahakely Ambalavao, lors du lancement du reboisement. Ce jour là, deux mille plants, dont des acacias, des eucalyptus, ont été plantés grâce à la participation des équipes du ministère de tutelle, des partenaires, ainsi que de la population locale. « Tout le monde doit participer à cette restauration forestière », indique une source.
L’Union Européenne a financé le programme ASA à hauteur de vingt millions de dollars. « Le reboisement fait partie du programme pour approvisionner le capital en bois énergie. Il a, aussi, pour objectif d’alléger la pression qui existe sur la forêt primaire de Madagascar », lance Lothar Jaschke, chargé d’Affaires de la délégation de l’Union Européenne. Cette protection des forêts et le reboisement figurent déjà dans la politique forestière du pays.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter