Accueil » A la une » Antanimora – Un détenu retrouvé mort égorgé
A la une Faits divers

Antanimora – Un détenu retrouvé mort égorgé

La victime était un détenu de la maison centrale d’Antanimora.

Un détenu d’Antanimora s’est suicidé en apprenant sa nouvelle mise en détention préventive pour rapt et son transfert à Tsiafahy, selon l’administration pénitentiaire.

UN prisonnier a rendu l’âme, avant-hier, dans la maison centrale d’Antanimora. Il s’est donné la mort en transperçant son cou avec une cuillère affûtée, a expliqué Ranaivo Andriamaroahina Tovonjanahary, directeur général de l’administration pénitentiaire (DGAP).

Le détenu a récemment fait l’objet d’une enquête pour kidnapping en plus de son autre inculpation. Un nouveau placement sous mandat de dépôt lui a été notifié, d’après la citation du ministère public. Celui-ci a également ordonné son transfert vers la maison de force de Tsiafahy. « On aurait encore dû constituer son dossier quand des geôliers de Tsiafahy sont venus le récupérer. On lui a alors dit d’aller préparer ses bagages. Il est allé dans sa chambre et s’est tué dans les toilettes. Pour nous, c’est un suicide. » relate le DGAP.

Mort d’homme

Les surveillants et responsables ont remarqué qu’il gisait sur le sol. Malgré les efforts du corps médical de l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA) , il n’a pas survécu. Un appel a déjà été lancé pour alerter sa famille, mais personne n’est venue se présenter jusqu’à hier. Son adresse exacte n’est pas connue. Il venait de la commune de Mahambo, dans le district de Fenerive-Est.

« Puisqu’il s’agissait de mort d’homme, la brigade criminelle a ouvert une enquête. Puis, une autopsie doit être pratiquée. L’administration a un cimetière à Tsiafahy où on pourrait enterrer le défunt.», explique le directeur. « En réalité, la maison de force de Tsiafahy n’est pas faite pour des prévenus, suivant le texte en vigueur. Elle est seulement destinée aux condamnés. C’est à la suite d’une organisation, au niveau de la Justice, qu’on y envoie des prévenus.» ajoute-t-il.

« La victime n’aurait pas supporté d’imaginer ses peines. Ce serait la raison pour laquelle il a préféré mettre fin à sa propre vie. » confie une source au sein de l’établissement d’Antanimora.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi