Accueil » Economie » Entrepreneuriat – Le projet BLP se conjugue aux pépinières industrielles
Economie

Entrepreneuriat – Le projet BLP se conjugue aux pépinières industrielles

Le représentant de la BAD avec le ministre Razafindravahy hier au Carlton.

Soutenir les micros, petites et moyennes entreprises à travers plusieurs composantes. C’est entre autres l’objectif du Business Linkage programme financé par la BAD.

Complémentaires. Entre le projet SME Business Linkage Program et les zones pépinières industrielles, les objectifs devraient se rallier. C’est en tout cas la convention du ministre de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation, Edgard Razafindravahy dans son allocution lors du lancement du programme hier au Carlton. «  Le programme SME BLP doit être situé dans un contexte et un cadre d’action. Le contexte est celui de la hausse du coût de la vie et la dépendance à l’importation. Le cadre d’action est le projet ODOF (One district, one factory) du président de la République que le ministère a décliné en zones pépinières industrielles » a souligné le ministre Razafindravahy.

Le projet SME BLP devrait répondre à cette vision du Micc étant donné qu’il permettra aux jeunes l’accès à des emplois décents tél qu’il est marqué dans le velirano 6 du président, à la promotion de l’industrie locale tél qu’il est souligné dans le velirano 7 et à l’autosuffisance alimentaire dans le velirano 9. Le projet SME BLP bénéficie d’un financement de 1,43 millions de dollars. Il s’adresse aux MPME de tous les secteurs d’activité. Trois cent candidatures dont 40% dirigées par des femmes seront sélectionnées dans le cadre de ce programme.

Appui dans quatre domaines

« Les critères d’éligibilité sont particulièrement axés sur les deux années d’existence de l’entreprise. Son chiffre d’affaires doit être plus de 40 millions d’ariary. L’entreprise doit compter entre cinq et cent personnes. L’entreprise doit être formelle » précise Sandrine Rakotovao, chargée de programme du SME BLP.

Le projet appuiera les entreprises retenues sur quatre domaines. Les entreprises notamment les petites coopératives agricoles seront d’abord formalisées. Ensuite l’entrepreneur sera formé à propos de la gestion de son activité et à la comptabilité. Puis il suivra un module sur l’accès au marché. Le Micc sera mobilisé avec des équipes de la BAD pour la commercialisation des produits finis et l’accès aux chaînes de distribution.

Pour couronner le tout une formation sur l’accès au financement sera dispensée aux entreprises retenues. Un domaine important pour la pérennité de l’entreprise.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter