Accueil » Faits divers » Ankadindramamy – Un piéton meurt sous les eaux
Faits divers

Ankadindramamy – Un piéton meurt sous les eaux

La  dépouille  a  été  remontée  par  le  fokonolona  en  présence  de  la  police

L’orage de dimanche soir a fait un mort. Un jeune homme qui allait regagner son foyer a été emporté par les eaux. Sa dépouille gisait dans un marécage le lendemain.

UNE foule pétrifiée était attroupée avant-hier devant la dépouille mortelle d’un jeune homme, d’une vingtaine d’années, retrouvée dans un marécage à Ambohidahy Ankadindra­mamy. Le défunt a été porté disparu dimanche soir pendant l’orage, après être parti de son foyer. Surpris par la pluie battante, il a été emporté par les puissants torrents qui déferlaient sur la forte descente à Ankadin­dramamy. Personne n’a remarqué l’accident. Pendant la forte pluie, passants et riverains se sont abrités. Les rues étaient ainsi désertes.

Etat d’ébriété

La dépouille a été re­- montée par le fokonolona, en présence de la police, venue sur les lieux de la découverte macabre. Informé de la situation, le Bureau Municipal d’Hygiène (BMH) auprès de la commune urbaine d’Antananarivo a, pour sa part, dépêché un véhicule pour récupérer le corps et le transporter à la morgue du Centre Hospi­talier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona. La brigade criminelle a pris la relève pour les enquêtes judiciaires. Un réquisitoire d’autopsie a été émis et le médecin légiste a examiné la dépouille.

Le jeune homme qui a trouvé la mort habitait dans les environs d’Ankadindra­mamy. Des écorchures ont été relevées sur plusieurs endroits de son corps. Sa tête s’est cognée contre les rebords de la descente. Il a ensuite fini par se noyer dans le marécage. Ce n’est pas la première fois que cet endroit soit le théâtre d’une pareille découverte. Le défunt portait encore ses vêtements lorsqu’il a été remonté. En revanche, ses sandales avaient été emportées par les torrents et restent introuvables.

À la lumière des informa­tions communiquées, le défunt aurait bu. De ce fait, il a eu des difficultés à marcher normalement. Piégé dans les torrents déferlants, il ne pouvait plus s’en sortir.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter