Accueil » A la une » Exportation – Quinze tonnes d’or sortent en silence
A la une Economie

Exportation – Quinze tonnes d’or sortent en silence

La  quantité  d’or  exportée  officiellement  diffère  de  celle  enregistrée  par  des  entités étrangères.

La quantité d’or exportée par an ne se limite pas aux 3 tonnes annoncées en 2018. Des documents internationaux font des révélations.

L’agence de Presse Reuters en parle. Un article sur la contrebande d’or en Afrique détaille le chemin emprunté par l’or des pays d’Afrique pour atterrir dans des pays comme Maurice, Dubai, l’Europe ou encore l’Inde. «L’exportation d’or pour les pays d’Afrique a connu une hausse sans précédent entre 2006 et 2016, passant de 67t à 446 t. La quantité d’or importée par ces pays dépasse largement celle déclarée dans les pays d’origine » révèle entre autres l’article.

L’UNCom Trade, (United Nations International Trade Statistics Database), l’agence des Nations unies pour les données et les statistiques internationales, révèle que le rapport des départements des Douanes des Emirats Arabes Unis fait état de quelque 200t d’or en provenance de Madagascar entre 2008 et 2016. « Dubai est un hub pour le commerce d’or. Les passagers qui arrivent à l’aéroport de Dubai sont autorisés à emmener 20kg d’or libre » fait savoir un spécialiste malgache en mines. « Ce qui est déjà une grande porte d’entrée pour les contrebandiers d’or. Des contrebandiers car c’est de l’or intraçable au ministère des Mines et des douanes malgaches » ajoute la source. La déclaration officielle en 2018 fait état de 3051kg (3tet 51kg) d’or exporté, mais ces diverses sources avancent d’autres quantités bien au-delà de celles tracées par l’Agence nationale de l’or (ANOR).

L’article de Reuters détaille que la plupart des trajets de l’or clandestin emprunte le transport aérien, cargos ou vols commerciaux notamment et l’or est transporté dans les bagages à main.

Écart

Les exportateurs d’or officiels de Madagascar selon le rapport de l’EITI 2018 sont au nombre de trente-et-un. Les trois premières sociétés exportatrices réalisent chacune respectivement une exportation de 1636kg, 347kg et 345kg à cette période, vers Dubai, Hongkong et Singa­pore. D’après les données de l’UNComTrade, les importations d’or de Madagascar enregistrées par les Emirats Arabes Unis étaient de 4t en 2010, 5,38t en 2011 et 4, 06t en 2016. Le même document révèle que les exportations « déclarées » par Madagascar vers Dubai étaient de 31, 42t en 2009, 490kg en 2016 et 9, 27t en 2017.

Un document de Transparency International « Anti-corruption Helpdesk » soulève une production bien au dessus de l’exportation officielle. « La production annuelle d’or de Madagascar est estimée à environ 15 tonnes, d’une valeur d’environ 450 millions de dollars, mais la quasitotalité reste sous le radar. Ainsi, ces revenus générés par la commercialisation de l’or finissent généralement par alimenter le marché noir tout en créant un déficit pour l’État, notamment en raison de la faible régulation du secteur, de l’échec du contrôle du gouvernement et du phénomène de corruption ». Transparency International souligne que les aéroports ne peuvent suffisamment lutter contre les trafics à l’instar d’Atsimo andrefana et de Diana qui ont des vols régionaux. « Il n’y a pas de service adéquat ni de moyens matériels de surveillance au niveau de ces aéroports » relate un rapport datant de 2018.

Une autre source révèle par ailleurs dernièrement que le trafic du métal précieux ne s’est pas estompé à Madagascar durant le confinement de cette année. Difficile pour l’heure de confirmer ni d’obtenir des chiffres exacts sur la quantité envolée cette année, c’est juste la stratégie d’expédition qui a été expliquée par la source.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Salama namako ô,
    Ahoana tsara hoe? volamena 15 T hoe mivoaka antsokosoko avy eto M/car? Io tsotra e. Mba nihaino ny resaka nataon’Atoa Imbiky Anaclet dia sady niomehy no nitsetsetra. Aleo tsorina ny resake e. Na rahoviana na rahoviana tsy olona kely fofon’aina na lambda ary no mahavita zavatra toy izany fa tsy maintsy, tsy maintsy hoy aho, olona maventy. Izany anie tena tsotra ny manaraka izany e, torak’izany koa ny « bois de rose ». Angaha ireny boatin’afokasoka ka hafenimpenina anaty paosy. Zavatra ngeza be. Io « enrichissement sans fondement » io mora fotompotorana. Mba jereo ho’a ny any andafy. Any vao miova fotsiny ny fiara entinao (4L niova ho Mercedes 190) dia avy ny « impot » mandihady hoe: hazavao ny nahazoanao nividy io fiara io. Eto anie ka mampiteny ny moana e. Miova fiara toy ny miova somizo ry zalahy amin’izay fiara gaigilahy be. Dia mitanatana vava fotsiny ny akama rehetra. « GROS BONNET » ary tsy maintsy akaikin’ny mpitondra ihany no sahy sy mahavita izao fanabotrina ny mpiray tanindrazana izao. Efa lany henatra sy tsy matahotody na matahotra an’Andriamanitra. GABORARAKA NY SISINTANY (AEROPORT INDRINDRA) NEFA ANIE DIA IZANY NO ANDRAIKITR’IREO SOCIETE PRIVEE MISAHANA NY SURETE IREO E. JEREO NY ANY IVELANY MIADY AMIN’NY DROGUE (CANAL SAT ASA 120+).
    Mila fanadiovana tokoa e, ekena kanefa ny fomba fanadiovana tsy midika ho fampidirana olona amponja. Ary mba atao ampiheverana ny zavatra atao. Esory ny lolompo ny fankahalana ary indrindra ny fialonana sy ny ory havamanana. Misy anie mitrongy vao homana e, fa misy kosa tsy mitrongo fa manao didi-kofehy lehibe ary dia tena manambe, manontany ny ory.
    Mbola lavitra ny lala-kijorana e fa mampahery. Mampandinitena ô

Voir aussi