Accueil » A la une » FRELATAGE DE CARBURANTS – Des stations-service fermées
A la une Economie

FRELATAGE DE CARBURANTS – Des stations-service fermées

Le ministre Andry Ramaroson annonce des mesures sévères à l'encontre des auteurs de frelatage de carburants.

L’enquête sur le frelatage de carburants se poursuit. Des stations-service ont déjà été fermées suite à cette affaire.

Le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures Andry Ramaroson a fait savoir, hier, lors de la signature de convention avec l’ambassade de la République de Corée, la fermeture de certaines stations-service pour cause de frelatage de carburants. Il n’a pas révélé le nombre des stations-service fermées, mais il a souligné que des sanctions seront prises à l’encontre des contrevenants au respect des cahiers des charges. « Si une station-service ne respecte pas le cahiers des charges, tant le gérant de la station-service que le pétrolier dont l’enseigne est exploitée seront sanctionnés », a expliqué le ministre.
Andry Ramaroson a affirmé qu’il ne cèdera pas devant les frelateurs de carburant et que les lois seront strictement appliquées.

Contrôle inopiné

Le ministère de la Justice, le ministère de l’Énergie et des hydrocarbures et le Secrétariat d’État en charge de la Gendarmerie travaillent de concert dans cette affaire.
« L’enquête en cours porte déjà des résultats. Certains suspects sont déjà en état d’arrestation et placés en détention, tandis que d’autres font encore l’objet de poursuites », selon toujours le ministre. Bien que le ministre ait admis l’insuffisance de moyens humains pour procéder à des contrôles systématiques, néanmoins, les contrôles inopinés effectués par l’Office Malgache des Hydrocarbures (OMH) dans les stations-service se poursuivent et sont renforcés.
L’OMH n’a pas encore donné d’informations concernant les plaintes qu’il a reçues de la part des victimes de ce frelatage de carburants.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter