Accueil » A la une » Consommation : Des spéculateurs identifiés
A la une Economie

Consommation : Des spéculateurs identifiés

La ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat a apporté des précisions pour juguler la hausse «anormale» des prix sur les étals.

La situation des prix à la consommation des produits de premières nécessités a une nouvelle fois été abordée en Conseil des ministres. Interrogée au téléphone, la ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat Lantosoa Rakotomalala s’est voulue rassurante en indiquant que la hausse a surtout touché l’huile de table. Pour la ministre, l’origine est toute trouvée avec l’annonce des mesures correctives commerciales provisoires touchant trois produits dont effectivement l’huile de table végétale, fustigeant surtout l’opportunisme de certains acteurs. «Cela reflète le poids d’une information sur les comportements des agents économiques», a-t-elle indiqué, non sans préciser que la hausse n’est pas justifiée car les mesures n’ont jamais été appliquées. Pour finalement être définitivement abandonnées.

C’est la raison pour laquelle le ministère de tutelle était à pied d’œuvre pour retracer toute la chaine d’approvisionnement des PPN ces derniers jours, notamment l’huile de table. Des spéculateurs ont effectivement été identifiés. Ces derniers ont écopé d’ «avertis­sement» a affirmé la ministre qui veut surtout retenir que les prix devraient connaitre une baisse conséquente à partir de lundi. «Nous avons déjà commencé à observer des baisses», a-t-elle renchéri.

Marge libre
Le compte-rendu du Conseil des ministres a par ailleurs souligné que le Président de la République a donné des directives à la ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat de réunir dans les plus brefs délais les industriels et les importateurs pour l’établissement de prix de référence. «Chaque produit a sa structure de prix avec le prix sur le marché international, le coût d’importation, les divers taxes, …», a avancé Lantosoa Rakotomalala. Le prix de référence servira en quelque sorte de repère pour mesurer les variations du prix réel. La ministre a toutefois tenu à écarté toute intention du gouvernement de fixer les prix en précisant que la «politique de marge libre» prévaut toujours. Elle a cependant fait savoir que le ministre poursuivra la vérification régulière des prix sur les marchés afin de dissuader les velléités de spéculations. Lantosoa Rakotomalala a par ailleurs indiqué que son ministère s’attèle à assainir le circuit de distribution dans le pays, marqué actuellement par un grand désordre favorisant les fraudes en tous genres.

Quoi qu’il en soit la forte hausse du prix de l’huile suite à l’annonce des mesures correctives commerciales démontrent la mainmise des importateurs sur le secteur. En comparaison, les savons en morceaux, qui ont également été concernés par les mesures, n’ont pas connu de hausse généralisée. Selon un économiste la raison est que les savonniers malgaches ont assuré pouvoir assurer la totalité de la demande locale. Ce qui n’est pas encore le cas pour l’huile de table.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter