Accueil » Social » Plan d’urgence sociale – Le Tosika Fameno dans quatre autres régions
Social

Plan d’urgence sociale – Le Tosika Fameno dans quatre autres régions

Le  ministère  s’assure  de  la  coordination  et  du  suivi-évaluation  du  plan, selon  le  Directeur  Général  de  la  protection.

Le ciblage des personnes vulnérables éligibles au Tosika Fameno débutera cette semaine. Quatre autres régions bénéficiaires ont été identifiées.

Dédié jusque-là aux régions d’Atsinanana et d’Analamanga, le Tosika Fameno sera étendu à quatre autres régions. Régions ciblées en raison de l’augmentation du nombre de cas de coronavirus. Ainsi, les régions d’Alaotra Mangoro, d’Atsimo Andrefana, d’Anosy et d’Analanjirofo bénéficieront elles aussi du plan d’urgence social mis en place par l’État, sous la coordination du ministère de la Population, de la protection sociale, et de la promotion de la femme. Un appui d’un montant de 100 000 ariary aux ménages les plus vulnérables. Dans toutes les régions bénéficiaires, les démarches d’identification débutent cette semaine. « Nous allons procéder au ciblage des personnes les plus vulnérables. Ce sera basé sur des critères définis », indique Naina Randriamananjara, directeur général de la protection sociale au niveau du ministère de la population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme.

Le ciblage dans les quatre nouvelles régions se déroulera à partir de jeudi. « Le comité de vigilance implanté au niveau local accomplira cette tâche. Les personnes qui souhaitent bénéficier du Tosika Fameno pourront s’inscrire. Mais elles doivent répondre à des critères de vulnérabilité », enchaîne-t-il. Après le ciblage et l’établissement de la liste des bénéficiaires, le paiement des allocations débutera dans deux semaines.

Nouvelle approche

Dans la région Anala­manga où le Tosika Fameno a été initié, près de cent-trois mille ménages ont bénéficié d’allocations lors de la deuxième tranche de paiement. Par ailleurs, une nouvelle approche a été adoptée. Approche qui sera appliquée lors des prochaines distributions aux bénéficiaires.

« Cette nouvelle approche a été discutée avec les agences d’exécution, entre autres le Fonds d’Interven­tion pour le Développe­ment (FID), le Programme des Nations Unies pour le Développe­ment (PNUD), CARE et d’autres intervenants. Elle consiste à éviter toutes formes de rassemblement au niveau des agences de paiement. Pour les banques par exemple, le paiement sera limité à vingt-cinq personnes bénéficiaires pour une demi-journée. Le transfert via mobile banking est également un moyen d’éviter les attroupements car les bénéficiaires pourront retirer la somme auprès des kiosques les plus proches », avance le directeur général de la protection sociale. À noter que durant la première tranche, près de deux-cent-quarante-mille ménages bénéficiaires ont été payés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi