A la une Social

Ministère de l’éducation – Des centaines de faux diplômes décelés

La ministre Madeleine Félicité Rejo-Fienena a dénoncé l’utilisation de faux diplômes.

Madeleine Félicité Rejo-Fienena a dénoncé des centaines de faux diplômes. L’affaire serait déjà transmise en Conseil de discipline.

Plusieurs agents du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont truqué leur diplôme. La Professeure Madeleine Félicité Rejo-Fienena, la ministre remerciée, a révélé cette infor- mation aux députés, au staff du ministère, et d’autres responsables auprès de ce département qui sont venus nombreux à la passation entre elle et Marie Thérèse Volahaingo, hier. « Entre le mois de janvier et mai, quatre cent cinquante quatre faux diplômes ont été détectés. Et récemment encore, c’est-à-dire, de mai à juillet, cent autres dossiers ont été reçus », a-t-elle annoncé.

Ces agents auraient eu recours à la falsification soit, pour intégrer la Fonction publique, soit pour leur reclassement. Les dossiers seraient déjà transmis au niveau du Conseil des disciplines qui décidera du sort des auteurs. En cas de confirmation des faits, ils risquent la résiliation du contrat.
Ce n’est pas la première fois qu’on a entendu parler de falsification de diplômes, auprès de ce ministère. Le recrutement de masse des maîtres Fram, payés par les parents d’élève, depuis 2014, qui a exigé un diplôme académique, a été « infesté » de faux diplômes.

Renvoyés
En 2017, le ministère de la Fonction publique a recensé deux cents enseignants nouvellement recrutés avec des faux diplômes. La même année, l’Office du baccalauréat en a découvert une trentaine. Au mois d’avril, des dizaines d’agents du même ministère sont déjà passés en Conseil de discipline pour les mêmes affaires. Certains d’entre eux auraient été déjà renvoyés de la Fonction publique.

Madeleine Félicité Rejo-Fienena n’a pas mâché ses mots pour dire que cette pratique est sordide et dangereuse pour l’avenir du pays. « Cela va engendrer une grosse perte au pays, si elle continue», indique-t-elle, avant d’ajouter « Nous sommes des leaders. Ce n’est pas digne de nous ». Avec des enseignants qui font le métier avec des diplômes falsifiés, ce n’est pas étonnant que la qualité de l’éducation soit médiocre à Madagascar.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter