Culture

Littérature – « La lit Tanà » ou les cultures indienne et malgache

Abhay Kumar, ambassadeur de l’Inde à Madagascar, entouré de poètes et écrivains malgaches lors de « La lit Tanà » d’hier. 

Le troisième rendez-vous littéraire de l’ambassade de l’Inde, « La lit Tanà » a été riche en échanges. Dix poètes et auteurs, s’y sont exprimés.

Fédératrice. La troisième édition de « La lit Tanà », qui s’est déroulée à la bibliothèque de l’ambassade de l’Inde à Tsaralalana, hier à partir de 14 h 30, a réuni les férus de la littérature. Les dix intervenants ont partagé leur passion en déclamant quelques extraits d’œuvres devant une assistance nombreuse toutes ouies.
Ny Eja, Sylvia Randria-nantoandro, Mampianina Randria, Liantsoa, Avelo Nidor, Thina Andriafaly, R.H.A Nary, Di’Art Tsifoina, Emée Ratsimbazafy, et l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Abhay Kumar, ont, tour à tour, profité des quelques minutes qui leur ont été accordées pour partager au public quelques poèmes ou un extrait de textes qu’ils adorent. Comme ils ont déjà des œuvres publiées et mises en vente, la plupart ont choisi de déclamer quelques passages de leur travail.

Force est de constater que nos écrivains s’inspirent de tout ce qui les entoure, avec une certaine sensibilité. De la vie à la mort, en passant par l’amitié, l’amour, le sourire, la politique, jusqu’au « bodofotsy », la banale couverture pour se tenir au chaud en ce temps frisquet. La profondeur de leur inspiration, appuyée par leur voix expressive, n’a pas laissé le public indifférent. L’ambassadeur, un amoureux de littérature, a opté pour « Les trois oiseaux » de J.J. Rabearivelo avant de dévoiler sa plume portant sur Delhi et Brésil.
« C’est une occasion de découvrir les auteurs et leurs œuvres. J’ai pu entrer en contact avec ces auteurs, aujourd’hui. Quel plaisir d’apprendre que l’ambassadeur partage la même passion que la mienne », constate Sabrina, une jeune femme de Toamasina, une passionnée de poèsie, de passage dans la capitale.

Extension
« La lit Tana », qui sous-entend la littérature à Antananarivo, gagne de l’ampleur. « Si lors de la première édition, ils étaient quatre auteurs, aujourd’hui nous sommes une bonne dizaine. Et le nombre de public augmente au fil des éditions. C’est encourageant jusqu’à me donner une idée de traduire des œuvres indiennes en malgache, et inversement. Aussi, je pense étendre cette plateforme d’échanges en intégrant d’autres disciplines artistiques pour rapprocher les cultures indienne et malgache », précise Abhay Kumar, ambassadeur de l’Inde à Madagascar.
« La lit Tanà » se tient au rythme mensuel, tous les derniers vendredis du mois, et s’adresse à tous les amoureux de littérature.