Faits divers

Toamasina – Cinq cents commerçants chargent le maire

Menacés d’expulsion, près de cinq cents commerçants en furie sont descendus dans la rue hier. Des gazs lacrymogène ont du être utilisés.

Bras de fer entre le maire de la commune urbaine de Toamasina et une peuplade de commerçants d’Ankirihiry. Dans la matinée d’hier, aux alentours de 9h30, les éléments de l’État Major Mixte Opérationnel de la Région (Emmo/Reg) Antsinanana, ont été couverts de jets de galets en tentant de disperser une horde de commerçants, descendus dans la rue pour manifester leur colère. Des rumeurs selon lesquelles ils seront chassés de leurs étals au profit d’une entreprise partenaire de la commune, dont un projet de construction de blocs commerciaux sur les lieux battant actuellement son plein, ont plongé la place du marché dans un branle-bas de combat.
De leur côté, des membres du conseil municipal soutiennent qu’ils n’auraient pas été consultés, ce qui nourrit encore plus la méfiance. Dans la matinée, après avoir formé leurs
rangs à Ankirihiry, près de cinq cents manifestants en furie étaient en train de marcher vers la mairie en brandissant des banderoles, lorsqu’ils sont tombés nez-à-nez avec les hommes de l’Emmo/Reg.

Accalmie
La tension était montée d’un cran après de vaines négociations. Au summum des hostilités, les éléments des forces de l’ordre, pris dans un déluge de galets ont tenté de disperser la cohue de manifestants à coups de grenades lacrymogènes, avant qu’ils ne reçoivent l’ordre de se replier pour renforcer le dispositif de sécurité préalablement monté aux abords de l’hôtel de ville.
Environ une heure plus tard, les manifestants, prêts à en découdre avec le maire, quitte à affronter une fois de plus les forces de l’ordre bien déterminées à faire écran, ont pris en tenaille l’hôtel de ville.
À leur arrivée sur les lieux, l’Emmo/Reg, à travers le commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Antsinanana et le commissaire central de la ville auprès de la police nationale, ont pris les rênes des négociations.
A l’issue des pourparlers avec les meneurs, les manifestants ont quitté les lieux en fin de matinée, aux alentours de 11h30.
Un vent d’accalmie souffle à Toamasina après cette vive tension. Les négociations se sont poursuivies hier après-midi. Sur la place du marché, les activités commerciales reprennent peu à peu leurs droits.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter