Accueil » Economie » Loi de finances rectificative – Un plaidoyer de la société civile au Sénat
Economie

Loi de finances rectificative – Un plaidoyer de la société civile au Sénat

Le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC) resouligne la nécessité de la transparence dans l’élaboration de la Loi de finances rectificative. « Nous demandons la transparence de la stratégie d’utilisation du budget. Nous faisons par ailleurs le constat que cette Loi de finances rectificatives (LFR) ne reflète pas l’urgence à tous les niveaux, entraînée par la pandémie » explique Aina Harijaona Andriaoraniaina, du mouvement Rohy.

Des représentants de la CCOC sont ainsi venus rencontrer le président du Sénat, Rivo Rakotovao, le 25 juin dernier, pour leur faire part de ces points essentiels de la LFR, votée à l’unanimité par l’assemblée nationale mercredi dernier. A ce constat, la société civile propose un soutien palpable à court terme, aux citoyens et au secteur privé, qui est non constaté dans la LFR. Plus d’éclairages sur les financements propres de l’État et ceux alloués par les bailleurs de fonds dans la lutte contre le Covid-19, sont également revendiqués.

De même que la « provision pour investissement » destinée au secteur privé, laquelle connait une hausse particulière dans la LFR, s’élevant à 1090 milliards d’ariary. Hony Radert, du CCOC, a fait remarquer, que le déficit budgétaire est de l’ordre de 67% cette année. Le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a fait part de son idée de renforcement de soutien au secteur primaire et des cultures contre saison dans le but de réduire l’importation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi