Accueil » A la une » Fête de l’indépendance – Nouvel appel à la solidarité de Rajoelina
A la une Politique

Fête de l’indépendance – Nouvel appel à la solidarité de Rajoelina

Pour  revenir  à  la  source,  Andry  Rajoelina  a  remis  en  marche la  Cadillac  de  Philibert  Tsiranana.

Le Président de la République renouvelle son appel à la communion de la nation malgache pour vaincre la pauvreté. Ecrire une nouvelle page de l’histoire de Madagascar est le challenge.

Madagascar notre patrie, notre vie, notre héritage. Telle est la traduction française du thème du 60e anniversaire du retour de l’indépendance. Des mots sur lesquels Andry Rajoelina, président de la République, table son appel à l’union sacrée pour casser avec la dynamique de pauvreté sur laquelle glisse le pays durant ces soixante dernières années.

« On ne peut pas écrire l’histoire avec un seul doigt, ni tenir une pelle avec une seule main. C’est avec deux, plusieurs mains que nous pourrions rehausser la fierté nationale et développer réellement notre cher pays », est la traduction libre d’un des propos du Chef de l’Etat, hier. Ce n’est pas la première fois que Andry Rajoelina lance un appel à la solidarité nationale, pour hisser la Grande île au rang des pays émergents.

Conscient, visiblement, qu’un réel développement ne peut se faire sans un élan national, le Président veut miser sur le symbolique qu’est le soixantenaire du retour de l’indépendance pour déclencher un déclic. Autant dans le fond, que dans la forme, tout semble avoir été fait pour que le discours à la nation de l’homme fort de l’Etat touche la fibre patriotique de la population.

Accompagné d’une musique de fond, afin d’accentuer la dramaturgie, Andry Rajoelina déclare, « je fais appel à toi Malgache, en ce jour du 60e anniversaire du retour de l’indépendance. Lève toi, avançons. Conjuguons nos efforts. Travaillons ensemble pour que Madagascar soit notre fierté. Soyons solidaires, puisqu’il est question de notre patrie. Puisque c’est un avenir commun que nous allons ériger dorénavant ».

Continuité de l’Etat

Anciens Chef d’Etat présents, hier, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana s’accordent à dire que les crises politiques sont les principales causes de la décadence de la Grande île, depuis le retour de son indépendance. L’amiral retraité met, notamment, l’accent sur « la nécessité de la continuité de l’Etat ». Le juriste quant à lui, souligne l’importance d’un jeu politique sain. « La quête du bien-être de la population doit-être la vocation du dirigeant. L’opposition est là pour le recadrer s’il s’égare », soutient-il.

Le Président requiert alors, que cessent les tentatives de division de la nation, et de freiner le développement. Pour marquer cette unité nationale, une tribune entière a été réservée aux représentants des autorités traditionnelles issues des quatre coins de la Grande île. Une fois n’est pas coutume, Andry Rajoelina a eu des mots de « remerciements », pour les efforts fournis par ces prédécesseurs dans la quête du développement du pays.

L’absence de Marc Rava­- lo­manana, ancien président, chef de file du parti d’opposition « Tiako i Madagasikara » (TIM), à la cérémonie d’hier, indique, cependant, que les ressentiments politiques sont tenaces. Installé à l’étranger, Hery Rajaonarimampianina, ancien président, pourrait se défendre en avançant la fermeture des frontières en raison de la crise sanitaire, pour expliquer son absence.

Le parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), a, toutefois, été représenté par Rivo Rakotovao, président du Sénat, ayant assuré l’intérim à la présidence de la République, et numéro un national des Bleus. « Une vraie indépendance, une vraie souveraineté, l’émergence, le développement », sont les objectifs de l’appel à la solidarité nationale lancée sur l’avenue de l’indépendance, à Analakely, hier.

« Ne laissons pas notre pays dans la poussière de la défaite. (…) Nous pouvons construire un Madagascar dont nous serons fiers », scande le Chef de l’Etat. Le défi de mettre la Grande île sur la rampe du développement est immense. D’où la nécessité d’un élan national. L’union sacrée ne signifie, cependant, pas « pensée unique ». Il s’agit de transformer toutes les diversités qui composent la nation malgache, son territoire, en moteur pour atteindre les objectifs de développement.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • « Une civilisation , un peuple , une nation  » chérissait Jacques CHIRAC lors d’une visite officielle à Madagascar . Notre espoir ici bas serait de voir enfin ce pays connaître le développement . Nous ne voulons pas que notre destinée va rater encore le coche pour les 60 prochaines années avec les îles éparses par manque de pragmatisme . Richard Labévière journaliste et écrivain avait la lucidité d’évoquer sur RFI « une coopération partagée » de la zone maritime en conflit et pour ces trésors de biodiversité . La stratégie prédatrice de la chine à travers la fameuse « route de la soie » n’est pas à minimiser . La France est la deuxième puissance océanique mondiale et apparemment elle ne désire pas aller devant une cours arbitrale à La Haye . Didier Ratsiraka on l’aime ou on l’aime pas , force est tout de même de constater que l’homme au crépuscule de sa vie est resté identique à lui-même : vif et alerte , gardant des capacités cognitives intactes . Le courage résume sa personnalité truffée de culture générale car étant une personne vulnérable et à risque au coronavirus il honore encore la fête de l’indépendance et l’armée . Feu Razakaboana décrivait un homme « fin » . Notre président actuel a dit qu’il a voté pour lui en 2001 .
    Le crédit « Miarina » est vraiment ce qu’on attendait comme un vrai plan de relance pour les conséquences économiques désastreuses par perte d’exploitation suite à des baisses d’activités des très petites , moyennes et grandes entreprises . Le taux d’intérêt à 9 % par contre frise la provocation si la banque centrale a joué le jeu . Les banques commerciales sont souveraines certes mais la décence n’est pas trop demandée dans le contexte de crise sanitaire .
    L’épidémie à Madagascar n’a pas encore atteint son pic . Des foyers de contamination vont se multiplier . Il faudrait se mettre à l’évidence que la circulation du virus est imparable . L’OMS parle que le cap de 1 million de cas sera bientôt atteint en Afrique et qu’il faudrait multiplier par 10 les tests . L’  » ADY GASY  » avec le CVO est illusoire et les vertus thérapeutiques de l’Artémisia sa substance active contre le covid 19 ne seront pas validées par la communauté scientifique mondiale . La réelle volonté du chef d’état pour le bien de notre pays et la santé de sa population ne devrait pas être ponctuée de postures populistes et irrationnelles . La pharmacopée traditionnelle gagnerait en crédibilité internationale avec le bon sens , l’honnêteté et la compétence des chercheurs et scientifiques entourant le président de la république .

  • et on ne peut pas applaudir avec une seule main

    bravo pour cette « vision mémoire  » ( l’ECAM brillait et produisait des véhicules adaptés sous Filoha Tsiranana )

    le choix de la Cadillac décapotable est moins bling bling décadent que la grosse limousine blindée su sacre…

    pour le reste la France qui n’a jamais réparé le sang de nos 100 000 compatriotes massacrés dans les années 40 dans leur légitime lutte pour l’émancipation, ne mérite que la Justice internationale

    tout est question de volonté et de disons fermeté

    pour relancer la Nation , un prêt à zéro % est possible, la BCE offre bien à des taux négatifs des centaines de milliards , on vient de dépasser 1000 milliards la semaine aux banksters pour alimenter les Etats et les particuliers

    au niveau mondial, notre Filaho pourrait s’inspirer valablement, en entraînant tous les frères Présidents d’Afrique, de Thomas Sankara pour un refus de régler les dettes du déshonneur

    enfin oui , il serait temps de nettoyer les allées du Palais Présidentiel des chacals et hyènes qui pullulent et magouillent à l’insu de notre jeune PRM

    bon we de suite de fête nationale

  • « Indépendance » ce vain mot décrété, judicieusement par les colons , pour une nouvelle version de gouvernance de Madagascar, cette colonie qui a essayé la rébellion de 1947.Et le 26/06/202 est une de ces versions 2….n, de cette supercherie adoubée par la C.I !

  • Salama Namako o
    Aminay manokana aloha
    1° tena tsara, maneho fanetretena ny antso ho amin’ny firaisankinbampirenena e. Fa misy « mesures d’accompagnement « io fa tsy tenitenenina fotsiny amin’izao. Tsotra ihany io raha ny fahitana azy e: MILA MANGARAHARA NY FITANTANANA (IREO FANOMEZANA AMAN-TAPITRISA DOLLAR. NANOHIZANA NY IEM VE!). MILA FARITANA MAZAVA NY PROGRAMA ARY MBOLA HAVERINAY ETOANA FA ASIANA NY LAHARAMPAHAMEHANA. AOKA MIHITSY TSY HIFANTOKA AMIN’NY IEM NY MPITONDRA. SAHIRANA NY VAHOAKA TSY VAKIVOLA TSY MISY NY HOHANINA KANEFA NY MPITONDRA DIA MBOLA MIZIRIZIRY AMIN’ITY FANOHIZANA NY IEM ITY. TENA TSRA ANIE ILAY PROGRAMA E, TSY MISY MANDA IZANY FA JEREO ALOHA NY MAHAMAIKA NY VAHOAKA E.
    TIA SEHOSEHO LOATRA NY MPITONDRA KA IZAO INDRAY MAMELONA NY EFA MATY. LAY CADILLAC IO. TSARA KOA ANIE IZANY E FA TSY RATSY E. MANAMAFY NY EFA NOLAZAIKO HOE: FORME NO ZAVA-DEHIBE HO AN’ITY FITONDRANA ITY FA TSY FOND. ANKOSOBOLAMENA, MAMIRATRA JERENA
    ENY E 60 TAONA! SOA FA NISY ITY CORONAVIRUS ITY NANAKANA IZAY VOASAKANA FA RAHA TSY IZANY ASA FOTSINY ZAY ZESTA TEO. HAIN’ANDRIAMANITRA NY ZAVA-DREHETRA E. ISAORANA IZY.
    ZAO IHANY E: NY OLOMBELONA NO AZO FITAHINA FA ANDRIAMANITRA, TSY VOAFITAK’IANAO MIHITSY! DIENY MBOLA MAZAVA, MIBEBAHA RY ZAREO A.
    Mahereza namako a

Voir aussi