Accueil » Actualités » Infrastructures – Imerintsiatosika se dote d’un nouvel hôtel de ville
Actualités Economie

Infrastructures – Imerintsiatosika se dote d’un nouvel hôtel de ville

Un exemple à suivre. La commune d’Imerintsiatosika a montré la bonne voie. Elle n’a pas attendu des financements de l’État ni des bailleurs pour lancer le projet de construction de son hôtel de ville. Parisoa Andriambolanarivo, le jeune maire de cette localité, s’est lancé dans ce défi en février 2016. Et depuis, il s’est mis au four et au moulin avec ses habitants. Le nouvel hôtel de ville vient d’être inauguré vendredi.
« Nous avons compris que le capital humain est la plus grande des richesses. Nous avons décidé de mobiliser toutes ces ressources. Par nos propres moyens, la commune et le fokonolona  ont réalisé 93% des travaux », a-t-il déclaré au cours de cette cérémonie. Le coût de cette infrastructure s’élève à 256 millions d’ariary. Outre les apports en nature, chacun des trente-six fokontany d’Imerin­tsiatosika a envoyé seize volontaires par jour, pour la main-d’œuvre dans le chantier de construction, durant environ seize mois.
Sur ce point, Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget a salué les efforts entrepris par cette localité lors de cette inauguration. « La stratégie de développement de cette commune reflète l’exemple du vrai développement local efficace, car même sans bailleurs et sans les fonds nécessaires, le maire et les habitants de cette commune ont pu réaliser plus de 90% des travaux de construction de l’hôtel de Ville, par leurs propres efforts », a-t-il déclaré. Le reste des travaux a été financé par l’État à travers la cellule de coordination des projets de relance économique et d’actions sociales (CCPREAS).

Lova Rafidiarisoa

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter