Accueil » A la une » Intempéries – Le cyclone « Jasmine » ravage Atsimo-Andrefana
A la une Social

Intempéries – Le cyclone « Jasmine » ravage Atsimo-Andrefana

Avec un arbre allongé sur la chaussée inondée, le cyclo-pousse ne peut que circuler sur le trottoir.

La tempête tropicale « Jasmine » a amené des rafales de vent allant jusqu’à 130 km/h. Les dégâts sont importants depuis qu’elle a touché terre hier vers 17 heures dans la commune de Saint-Augustin du district de Toliara II.

U n décès à Toliara-ville. Un jeune homme voulant renforcer le toit de sa maison à Mahavatse est tombé et est décédé une fois à l’hôpital. Trois pêcheurs ont disparu alors qu’ils voulaient juste garer leurs pirogues du côté d’Ambohitsabo, en voyant les grosses pluies et les rafales de vent hier après-midi. À Ankiembe, fokontany en bord de mer dans la ville de Toliara, deux pêcheurs partis tôt hier matin, ne sont pas revenus jusqu’à hier soir. Sans compter les arbres déracinés, les toits emportés, les panneaux géants qui s’écroulent, les dégâts matériels sont importants depuis hier aprèsmidi dans la cité du Soleil.

Le temps maussade s’est installé depuis samedi sur la région Atsimo-Andrefana allant de Morombe à Itampolo. Mais la tempête tropicale «Jasmine» a apporté des rafales de vent allant jusqu’à 100km/h avant et pendant son entrée au niveau de Saint Augustin, à environ 80km au sud de Toliara. Des pluies et des vents se sont succédée hier après-midi, et les rafales de vent se sont faites plus fortes au moment de l’impact, entre 16 heures et 17 heures.

Jusque tard dans la nuit, le vent a continué à souffler, ravageant des maisons en matériaux locaux, des maisons en tôle. Des portes métalliques ou en acier se sont disloquées du béton porteur et s’écrasent. Des poteaux se sont abattus du côté d’Antaravay, d’Antsokobory.

Peu

La commune de Saint-Augustin ne peut encore fournir des détails sur les dégâts qu’elle a subis. La commune d’Anakao, située à une vingtaine de kilomètres de Saint-Augustin, déplore des pertes matérielles telles que deux salles de classe décoiffées par le vent, des maisons écroulées. «Je ne peux encore me prononcer sur le nombre, mais selon le rapport urgent que je reçois à la minute, des infrastructures en ont aussi payé les frais dans notre commune», explique Gaston, maire de la commune rurale d’Anakao.

Le maire de Soalara-Sud, non loin de Saint Augustin, fait remarquer des vents violents sans précédent ainsi que la montée et la perturbation de la mer. Aucune précision sur les éventuels pertes humaines pour l’heure, en ce qui concerne les communes d’impact de la tempête «Jasmine».

Plus au sud, Ampanihy figure dans la liste des districts qui ont reçu des avis de menace et enregistre, comme les autres districts concernés à l’instar de Benenitra, Ankazoabo, de fortes pluies. À Morombe au Nord, il pleut. «Le temps n’est pas gai depuis samedi, mais il a fortement plu depuis cet après-midi (hier après midi). Il n’y a pas de dégâts importants pour le moment», explique Barthélemy Rabarson, secrétaire général de la commune urbaine de Morombe.

À Betioky, en alerte rouge avec le district de Sakaraha, des arbres et poteaux déracinés sont rapportés. Les habitants déplorent le peu de communication officielle dans la gestion de la catastrophe. «Ce cyclone «Jasmine» est très fort alors que les habitants n’ont pas été suffisamment informés pour prendre les dispositions nécessaires afin d’y faire face», regrette Mioratiana S. habitante du fokontany d’Antaravay

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter