Accueil » Faits divers » Ambatomanohina Anjozorobe – Une escouade de tueurs abat le directeur du CEG
Faits divers

Ambatomanohina Anjozorobe – Une escouade de tueurs abat le directeur du CEG

Sept bandits armés se sont abattus dans le village d’Antsahavola Anosikely, dans la commune d’Ambatomanohina Anjozorobe. Jean Charles Rafalimanana, directeur du Collège d’Enseignement Général (CEG) à Anjozorobe a été pris pour cible. En se heurtant aux assaillants, ce fonctionnaire du ministère de l’Education nationale a trouvé la mort. D’après les informations recueillies, le chef de famille a été abattu.

Cette attaque à main armée meurtrière est l’œuvre de sept bandits. Trois membres de la bande étaient chacun équipés de fusils de chasse selon les informations communiquées. L’acte a été commis jeudi vers 4h30 du matin. Le mobile du crime repose sur un vol d’après la piste suivie par les enquêteurs. Les préjudices déclarés à la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambatomanohina Anjozorobe, saisie de l’affaire, font état d’une somme s’élevant à quatre millions d’ariary tombé dans l’escarcelle des malfaiteurs.

Dans cet acte de banditisme apparemment mêlé de règlement de compte d’après les personnes de l’entourage du défunt, il ne serait pas à exclure que les bandits voulaient tout simplement éliminer le directeur du CEG pour des raisons qui restent encore à élucider.

Course-poursuite

Par ailleurs, il serait également possible que les voleurs lui ont ôté la vie pour brouiller toute identification susceptible de permettre aux enquêteurs de remonter de fil en aiguille jusqu’à leur piste.

Sitôt informé de l’attaque, le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambatomanohina Anjozorobe s’est dépêché sur les lieux du crime, accompagné de quatre de ses hommes.

Ces éléments d’intervention ont d’emblée engagé une poursuite en passant au peigne fin les environs. Néanmoins, l’éloignement n’a pas joué en faveur de la vélocité des gendarmes. Avant même que le commandant de la brigade ne débarque sur place, les bourreaux du directeur d’école avaient déjà une longueur d’avance. Alors que les poursuivants étaient sur leurs traces, ils ont réussi à s’évanouir dans la nature.

Les gendarmes venus à la rescousse ont fait le constat. En inspectant les lieux du crime, ils ont mis la main sur des étuis provenant des fusils de chasse de la bande. Des enquêtes de voisinage ont été entamées pour démasquer aux plus vite l’escouade de tueurs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter