Accueil » Culture » Portrait – Fredeau sort son premier reggae
Culture

Portrait – Fredeau sort son premier reggae

Fredeau continue sur sa lancée et développe son propre style.

Fredeau, le « kopi-kolé Elidioh 2017 », sort son premier reggae « Zaho fa tavela », le huitième nouveau titre de Fredeau s’imprègne d’une résonnance à la jamaïcaine. Cette chanson, que l’on peut traduire librement « Je suis perdu », scande l’amour et évoque la sensation forte que l’homme éprouve envers l’élue de son cœur. Avec un texte facile à retenir, ce premier morceau reggae de Fredeau distille une bonne ambiance. La version audio de cet EP sortie chez Riot Studio est disponible à partir d’aujourd’hui sur Youtube.

Le jeune artiste compte cibler d’autres fans et séduire les directeurs artistiques et programmateurs de spectacle avec ce nouveau produit. « La période de confinement m’a poussé à créer davantage. J’ai fini quelques audios. J’attends le retour à la normale de la situation pour tourner les clips. Je me trouve à une étape de ma carrière d’artiste où je dois trouver moi-même le financement de mes projets. Je réalise à quel point c’est difficile de percer dans la musique, surtout pour les gens qui viennent des provinces, comme moi. Je suis à la recherche d’un bon partenaire financier », lance Fredeau Andrianomeny Ralive, originaire d’Ejeda, un village se trouvant dans le district d’Ampanihy Ouest.

Révélé au grand public en 2017 grâce au concours télévisé d’imitation « Kopikolé », Fredeau continue son bonhomme de chemin et tente d’imposer son propre style. Sept de ses œuvres dont trois vidéos sont déjà disponibles sur Youtube. « Samby amin’ny anjarany », un slow pour le cœur, et « Lamokako », « Réservation », entre autres, des morceaux plus entrainants allant du salegy au tsapiky démontrent l’univers musical dans lequel il souhaite évoluer. « Ce concours m’a permis de découvrir la capitale et la Thaïlande. Il m’a apporté beaucoup d’expériences et de bonnes relations dans le domaine de la musique. C’était un épisode intéressant de ma vie. Je rêvais d’être un grand artiste depuis ma tendre enfance, et je dois démontrer quel genre de musique je veux véhiculer. Autrement dit, je dois franchir une autre étape après cette belle aventure de Kopi-kolé Elidiot 2017 », avoue l’ancien choral, un fan de karaoké, et un créateur d’ambiance. Il a même laissé tomber sa deuxième année d’études en sciences naturelles pour devenir artiste.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter