Accueil » Faits divers » Système-VISA – La police vise les enjeux sécuritaires
Faits divers

Système-VISA – La police vise les enjeux sécuritaires

La technologie de pointe dont dispose la police pour gérer le système e-visa.

La prolongation des visas non-immigrants, grâce au système e-visa, est ouverte à la police. Les menaces liées au flux de passagers sur le territoire sont en partie écartées.

E-visa. Le service central de l’émigration et de l’immigration (SCIE), à Anosy, dirigé par le commissaire principal de police, Samy Harison Olivier, a finalement été équipé de matériel de haute technologie, le 23 avril. Désormais, les touristes y ont accès pour la prolongation de leur visa non-immigrant. Ceci est valide pour une durée de quatre-vingt-dix jours maximum. Ce visa électronique est traçable et infalsifiable. Ce qui constitue un avantage à la police pour le fichage et le contrôle d’identité en matière de surveillance du territoire, selon les précisions obtenues.

La police se met toujours en garde quant à une certaine « importation d’insécurité ». En utilisant ce nouveau matériel, les entrants sont tous identifiés. Il ne s’agit pourtant pas d’une procédure répressive. « D’habitude, le tourisme sexuel présente un danger pour nous. Pourtant, que tout soit clair, les visas non-immigrants concernent seulement le tourisme, les affaires, la mission ou le stage de courte durée. Donc, il n’est pas concevable que le détenteur ne soit pas retrouvé en cas de délit de délit ou d’un crime sur le territoire », rappelle un policier de la PAF.

500 000 touristes
Le visa électronique qu’utilisent depuis des années les pays développés en Afri­que, permet non seulement de sécuriser son propriétaire, mais également de protéger la population locale.
L’objectif de la mise en œuvre de ce projet consiste notamment à faire venir cinq cent mille touristes à Mada­gascar, cette année, contre trois cent mille en 2018. En collaboration avec la société MadaOzi, représentée par Marie Annick Dahy, les autres directions régionales de la police nationale seront bientôt dotées des mêmes appareils qu’a reçus celle d’Antananarivo. « Sainte-Marie, Nosy Be, Taolanaro et Toliara s’ajoutent ainsi à la liste des bénéficiaires dont dépend la gestion transparente de devises étrangères affluées aux recettes de l’État. Le tout se base sur la promotion du secteur tourisme », d’après les explications reçues.

De simples procédures de demande de prolongation de visa sont disponibles en ligne. « Le paiement se fait sur le site officiel e-visa. Puis, l’inscrivant obtiendra son autorisation de débarquement. Une fois arrivé à l’aéroport, la police de l’air et des frontières (PAF) lui délivrera sa vignette sécurisée », selon un membre d’un réseau d’agences locales.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi