Magazine

Traitement – La chloroquine non autorisée de vente

Vente illicite. La chloroquine de phosphate, mise en vente à Madagascar, serait potentiellement dangereuse. Ce médicament n’a pas obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM), selon une note de l’Ordre national des pharmaciens, à la date du 24 mars.

« L’Agence de médicament de Madagascar nous confirme que jusqu’à ce jour, aucun laboratoire n’a obtenu une AMM pour le produit à base de chloroquine de phosphate », peut-on lire sur cette note. Apparemment, elle n’existe pas que sur le marché noir des médicaments.

L’Ordre national des pharmaciens lance un rappel à l’ordre. « Nous rappelons à tous que nos sources d’approvisionnement ne peuvent être que des grossistes pharmaceutiques agrées ». Par ailleurs, les pharmaciens qui en détiennent et qui s’adonnent à la dispensation de produits non autorisés s’exposent à une sanction et peuvent être traduits au conseil de discipline.

La chloroquine de phosphate a été un médicament utilisé à Madagascar pour le traitement du paludisme. Il y a quelques années, on l’a interdit de vente et l’a remplacé par d’autres médicaments. Depuis la diffusion des informations sur l’utilisation de la chloroquine dans la prise en charge des victimes du coronavirus, bien qu’interdit de vente à Madagascar, ce médicament s’achète comme des petits pains. La consommation de médicament sans prescription d’un médecin s’avère dangereuse pour la santé.