A la une Social

Plan d’urgence social – Difficile sélection des bénéficiaires

Des associations se sont ruées vers la Commune urbaine d’Antananarivo hier.

L’IDENTIFICATION des personnes vulnérables bénéficiant l’aide de l’état dans le cadre du plan d’urgence sociale est difficile. Plusieurs personnes ont réclamé au niveau de leur fokontany, hier, qu’elles ne sont pas encore enregistrées. Des lavandières et des marchands de rue ont descendu au rond point d’Andravoahangy Atsinanana, hier. « Le chef fokontany sélectionne les personnes à inscrire dans la liste. Ce sont les personnes qui lui sont proches qui se trouvent dans la liste. A chaque fois que nous réclamons, on nous répond que la liste est complète. Je suis lavandière et mon mari est artisan. Mes patrons ne veulent plus que je prenne leur linge car il est interdit d’entrer en contact avec qui que ce soit durant cette période de confinement. Je ne sais pas comment nourrir ma famille », souligne Holy, lavandière.

Comme le bureau du fokontany était fermé, ces femmes ont débarqué à la maison du chef fokontany pour demander une explication. Certains habitants soupçonnent un favoritisme. « Aucun membre de ma famille n’est affichée dans cette liste. Je connais les personnes vulnérables dans ce quartier. Et nous nous sommes arrangés pour qu’une personne par famille soit incluse dans la liste. Mais la liste qu’il vient de me remettre affiche plusieurs personnes dans un même foyer », explique Yvonne Tatamo Rahantalalao, chef fokontany d’Andra­voahangy.

Consigne

Dans le quartier d’Anda­vamamba, les lavandières et les tireurs de pousse pousse se sont rués également vers le bureau du fokontany. Selon une source, le chef fokontany a communiqué que vingt et une personnes âgées seulement s’affichent sur cette liste selon l’ordre reçu de l’arrondissement. Il n’a pas reçu de consigne sur les autres catégories de personnes qui devront être enregistrées, selon lui. D’autres associations sont également venues enregistrer leurs noms auprès de la commune urbaine d’Antananarivo, hier. Tel est le cas pour l’association des prostituées qui est encore en train de rassembler tous les noms de ces membres. Hier, vers 18h, l’association des prostituées compte cent quatre-vingt-huit membres. Ces données seront saisies et envoyées au niveau de la Présidence ce jour selon l’explication de la CUA.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La liste électorale doit être d’urgence utilisée.
    Le domicile doit être ajouté
    Ainsi déterminer le métier du chef de famille (fonctionnaire mensuel exclu d’office pour alléger la liste)
    Les employeurs privés doivent faire parvenir au fokontany pour transmettre les employés mis au chômage total.