A la une Actualités Santé

Coronavirus – Un traitement pour deux mille personnes en stock

Tous les atouts sont réunis pour mieux traiter la pandémie.

Le président de la République affirme que Madagascar a en réserve des doses de traitement du coronavirus, pour deux mille patients. Des traitements préventifs locaux sont, aussi, en cours d’essai.

Gouver­ner c’est prévoir. Une expres­sion que Andry Rajoelina, président de la République, a empruntée pour accentuer une information qu’il a partagé, hier, sur le plateau de la télévision nationale.

Dans son rendez-vous quotidien durant cette période de confinement, le chef de l’État affirme que le pays a une réserve de traitement contre le coronavirus, pour deux mille personnes.

« Nous nous préparons au pire, mais cela n’arrivera pas puisque nous avons tout mis en place pour l’éviter », déclare le président de la République. Le dispositif d’anticipation mis en place par l’État prévoit donc, comme il l’explique, la constitution de réserve de traitement du coronavirus.

À entendre les explications du professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, porte-parole du centre de commandement opérationnel Covid-19, à Ivato, sur le plateau du « Miara-manonja », les vingt-trois personnes contaminées suivent déjà ce traitement.

Le professeur Vololon­tiana parle d’un protocole de traitement à base de deux médicaments. Andry Rajoelina indique que lui et les savants malgaches échangent par visioconférence avec des experts chinois et européens sur les protocoles de prise en charge des personnes atteintes du coronavirus.

Par le biais d’un décret pris, hier, la France a donné le feu vert à un traitement du Covid-19. L’Hexagone autorise l’utilisation de « l’hydroxychloroquine et l’association de lopinavir/ritonavir ».

Le chef de l’État et la porte parole du centre de commandement opérationnel n’ont pas précisé quels sont les médicaments utilisés par les médecins malgaches dans le traitement du coronavirus.

Traitement préventif

Dans une publication sur sa page Facebook, où il partage le décret adopté par les autorités françaises, Jean Hervé Fraslin, conseiller consulaire des français de Mada­gascar, indique que « l’hydroxychloroiquine est désormais autorisée en France (cas sévère) et à Madagascar (plus précocement dans le traitement) ».

Toujours selon la publication du conseiller consulaire, « à Madagascar, le protocole de soins diffusés aux hôpitaux prenant en charge des patients infectés par le Covid-19 sont autorisés à prescrire, à dispenser et à administrer cette combinaison de médicaments plus précocement dans le traitement en association avec de l’azithromycine ». L’automédication est, toutefois, fortement déconseillée.

Pour ceux qui seraient tentés de se ruer vers la chloroquine chimiquement apparentée à l’hydroxychloroquine, un expert souligne que le médicament seul, « n’est pas efficace contre le coronavirus ». Le protocole de soin validé en France, selon le décret d’hier, et celui utilisé à Madagascar, comme l’indique le professeur Volo­lontiana, prévoit la combinaison de deux médicaments.

Sur le plateau de la télévision nationale, hier, le président Rajoelina a, par ailleurs, parlé d’un traitement préventif élaboré par l’Institut malgache de recherche appliquée (IMRA).

Le médicament produit localement serait « à base de quinine », d’après le chef de l’État. Selon ses dires, l’efficacité de ce soin préventif sur le Covid-19, serait d’abord éprouvée sur les personnes dépistées du coronavirus, avant validation officielle.

L’IMRA aurait proposé des médicaments préventifs figurant déjà dans son répertoire et dont l’autorisation de vente est en cours de renouvellement. Selon les explications de l’Institut de recherche, ce traitement ne tue pas les virus, mais renforce le système immunitaire pour permettre d’y résister.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il ne faut pas se faire des illusions que les 14 jours décrétés pour le confinement partiel de la population avec la fermeture des frontières seront suffisants pour parler d’un endiguement de la propagation du COVD-19 . C’est une méconnaissance grave de l’évolution d’une épidémie.  » Chanter victoire  » dès maintenant sur une éradication hypothétique du SARS-Cov2 serait une grave erreur d’appréciation . A ce jour on parle de 23 cas contaminés et un malade avec un état stable . Les tests de dépistage récemment réceptionnés s’effectueront sur la totalité des personnes actuellement en isolement après leurs descentes d’avion . Des cas autochtones s’ enchaîneront obligatoirement à ces cas importés . Ce qui supposera la survenue inexorable d’un pic épidémique . Madagascar ne va pas rester longtemps en ostracisme avec les conséquences gravissimes sur le plan économique et social que cela engendrera . L’histoire naturelle de cette pandémie reste intriqué avec les 533 416 cas dans le monde . Et l’Europe épicentre de l’épidémie n’est pas encore sorti de l’auberge en analysant la cinétique de la courbe d’évolution des cas contaminés et des décès . Des études sérieuses sont arrivées aussi à la conclusion que le virus « en couronne » évolue précairement dans un environnement chaud . Donc pour nous il reste deux équations redoutables : la mutation du virus en dangerosité et l’entrée en saison fraiche . L’indiscipline d’une partie de la population n’arrange pas l’efficience des mesures érigées par l’état . La validation scientifique du traitement associant l’hydroxychloroquine et Azithromycine n’est pas une surprise . Le gouvernement Français a sifflé la récréation avec cette querelle de « chapelle » entre un éminent professeur provincial et les mandarins du gotha scientifique Parisien. Les gros laboratoires pharmaceutiques avides du gain facile en prendront pour leur grade étant donné le coût presque insignifiant de l’hydroxychloroquine . L’initiative du gouvernement Malgache à s’orienter vers nos pharmacopées traditionnelles avec la collaboration de nos chercheurs locaux est une bonne initiative . Même si l’OMS ne reconnaît pas pour l’instant nos plantes Médicinales comme alternative au traitement du COVID-19 .
    Le G2O vient de débloquer 5000 milliards de dollars pour l’économie Mondiale face à cette crise sanitaire . Notre pays ne sera pas du reste certainement pour bénéficier de cette manne financière . La France métropolitaine avec ses 5000 lits de réanimation ne possèdent que 12000 respirateurs artificiels . La commande aux Etats unis et en chine avoisinerait entre 20 000 et 50 000 euros . C’est pour nous fixer les idées qu’un scénario identique à l’Espagne et l’Italie actuellement serait dramatique pour notre pays . Quand le souverain pontife préconise fortement aux familles en confinement  » les calins et les embrassades » il y a un déphasage réel avec les recommandations de toutes les sommités scientifiques et l’OMS .
    La grippe Espagnole du siècle précédent plus meurtrière a marqué l’humanité . Pour l’instant la planète entière est en résistance , viendra le temps de la résilience !

    • Bonsoir, votre commentaire est plein de bon sens, et l’analyse que vous faites est pertinente, je note que votre gouvernement ne tergiverse pas quand à l’usage thérapeutique de l’ Hydroxychloroquine et de l’ Azithromicyne au début des symptômes de la maladie.
      Peut être aborderez vous l’épreuve qui vous attends avec moins de difficultés

  • […] À la télévision publique malgache, jeudi soir, Andry Rajoelina, président de la République, a annoncé que son pays disposait de 2 000 traitements pour lutter contre le coronavirus avant d’ajouter : « Nous nous préparons au pire, mais cela n’arrivera pas puisque nous avons tout mis en place pour l’éviter », écrit L’Express de Madagascar. […]