Magazine

Antananarivo – Les habitants bravent le confinement

Relâchement. « C’est comme si l’inexistence de nouveaux cas dépisté hier [mercredi] a débridé les gens », regrettent certains sur les réseaux sociaux.

Voilà quatre jours que le décret présidentiel imposant le confinement et le couvre-feu aux habitants de la région Analamanga et la ville de Toamasina, est en vigueur. La situation dans la capitale et sa périphérie semble, pourtant, hors de contrôle. Si les mesures de prévention sanitaires ont été relativement respectées, mercredi, de nombreux habitants de la capitale ont l’air de s’être donné le mot pour une promenade, hier.

« Plusieurs personnes utilisent comme prétexte l’achat des PPN [Produit de première nécessité] », déplore le général Angelo Ravelonarivo, préfet de police d’Antananarivo. Des marchands de rue, ainsi que ceux des marchés d’Andravohangy et Mahamasina ont même bravé l’interdiction édictée par la préfecture, mardi. Des magasins d’électroménagers et d’autres produits non essentiels étaient restés ouverts.

Les vendeurs de produits frais squattent les coins de rue jusqu’en fin de journée. La mesure selon laquelle seule une personne par foyer peut sortir pour faire les courses est royalement bafouée. Des voitures qui ne peuvent dépasser deux personnes à leur bord, sont bondées. Des motos sont toujours montées à deux.

Après le ministre de la Défense nationale, mardi, le général Richard Ravalomanana, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, est descendu dans les rues, hier, pour sensibiliser et appliquer les mesures de confinement.