Chronique

Albert Uderzo (1927-2020)

Albert Uderzo est mort. Mais d’un presque banal AVC en cette période de coronavirus. Albert Uderzo fut le dessinateur et rené Goscinny (1926-1977) le scénariste d’Astérix le Gaulois, une bande dessinée apparue le 22 octobre 1959.

«À tous ceux qui ont érigé la Bande Dessinée au rang de 9ème Art» : peut-on lire sur le monument dédié à rené Goscinny (également scénariste d’Iznogoud avec Jean tabary, du Petit Nicolas avec Jean Jacques Sempé, de lucky luke avec Morris). Albert Uderzo mérite le même hommage pour avoir dessiné, mieux, imaginé le dessin, inventé de toutes pièces chaque accessoire et décidé chaque couleur assortie à son daltonisme, pour habiller et camper les personnages d’albums vendus à 370 millions d’exemplaires en 60 ans. Pour tous les «de 7 à 77 ans», Astérix incarne le Gaulois : qu’importe la vérité archéologique, cette oeuvre ludique sans prétention documentaire aura davantage, et définitivement, marqué l’imaginaire que tous les livres d’histoire.

Obélix le livreur de menhir, Panoramix le druide, Abraracourcix le chef, Ordralfabétix le poissonnier, Cétautomatix le forgeron, Assurancetourix le barde, et les autres irréductibles Gaulois du village en Armorique : ce sont les personnages qui peuplent Astérix. Mais, on retrouve des Astérix bien réels et nos contemporains. Déjà, le Christian Chadefaux que j’avais connu : râlant contre une France où il avait décidé de ne plus vivre tout en cultivant la nostalgie des classiques de l’Hexagone et des tics de la Métropole. Aussi, le syndicaliste José bové, moustachu acariâtre, saccageant un McDo ou fauchant un pré de maïs OGM. enfin, le professeur Éric Raoult en druide Panoramix qui défend la potion magique de la chloroquine contre le Covid-19 et entré «en dissidence sanitaire» en son bastion irréductible de l’IHU Méditerranée-Infection après avoir claqué la porte du Conseil scientifique réuni autour du Jules César de l’Élysée.

Astérix, publié en 111 langues et dialectes (plusieurs dialectes allemands, par exemple) est la bande Dessinée la plus traduite au monde (record enregistré au Guiness book depuis 2011). «Sesterce, menhir, druide, serpe, gui, chaudron, cervoise, amphore, Lutèce, Lugdunum» : ma part de francophonie, si je l’ai puisée chez tintin, je l’aurai également bue à la source Astérix. rené Goscinny était d’origine juive polonaise, Albert Uderzo d’ascendance italienne : il est sans doute tellement français, tellement France républicaine, que les créateurs du Gaulois typique, jusqu’à la caricature, aient été des enfants d’immigrés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter