Accueil » Actualités » Trafic d’or – La société dubaïote déboutée
Actualités

Trafic d’or – La société dubaïote déboutée

La demande est rejetée. Telle est la décision rendue par la Haute Cour sud-africaine, en réponse à la requête déposée par Parpia gold and jewels trading, hier. Une société sise à Dubaï qui affirme être le propriétaire des 73,5 kilos d’or saisis, et employeur des trois présumés passeurs qui y sont actuellement, en détention.

La décision de rejet s’applique à trois revendications du requérant, à savoir, que soit déclarée illégale l’arrestation des trois présumés passeurs, et qu’ainsi, ils soient libérés immédiatement, que l’or et l’argent saisis lui soient rendus. Le rapport de la décision du juge indique, en effet, qu’avec les 73,5 kilos d’or, une somme de 20 000 dollars a également été confisquée.

L’entrée en scène de l’entreprise Parpia gold dans la saga de l’or saisi en Afrique du Sud a été révélée par le ministère des Affaires étrangères, le 5 février. Un rebondissement qui a amené le report de l’audience devant statuer sur le sort des trois présumés passeurs, prévu le 1er février, devant le tribunal de Kempton Park, Johannesburg. « Ce rejet devrait augmenter nos chances d’obtenir l’extradition des présumés passeurs, mais surtout, la restitution de l’or saisi », se réjouit une source proche du dossier.

La Haute Cour sud-africaine a accepté que le gouvernement malgache soit inscrit comme l’un des « défendeurs », dans cette affaire. Pour s’opposer à la requête de la société dubaïote, la partie malgache a, notamment, insisté sur le fait qu’il y a de grandes chances que l’or saisi ait été extrait des carrières malgaches. Que ces métaux précieux ont, ensuite, été exportés de manière illicite.

Le rapport du jugement rendu hier, indique que 3 kilos d’or pourraient bien avoir été achetés au Mali. Il y est ajouté, cependant, que l’entreprise sise à Dubaï n’a pas pu expliquer la provenance des quelque 71 kilos restants. L’audience devant le tribunal de Kempton Park est prévue le 3 mars. Une occasion pour la partie malgache de démontrer que l’or vient de Madagascar afin d’obtenir sa restitution.