Accueil » A la une » Opposition – Les députés TIM relancent le rapport parlementaire
A la une Politique

Opposition – Les députés TIM relancent le rapport parlementaire

La  procureure  générale  de  la  Cour  d’appel  d’Antananarivo,  en  conciliabule  avec  le  ministre de  la  Sécurité  publique  (a.d)  et  le  secrétaire  d’Etat  à  la  gendarmerie  nationale  (a.g).

Les ténors de l’opposition envisagent d’occuper la place de Soamandrakizay pour la présentation de leur rapport parlementaire. Un rendez-vous avec leurs partisans est fixé le 6 mars.

Les leaders de l’opposition ont décidé de rejoindre Soamandrakizay. Une nouvelle date est fixée pour réunir de nouveau leurs partisans pour la présentation du rapport parlementaire. La rencontre des opposants est prévue le 6 mars. Le député Fidèle Razara Pierre a annoncé cet agenda sur le plateau de Miara-manonja, hier, en annonçant également qu’une lettre d’information a été envoyée à la Préfecture de Police de la ville d’Antananarivo sur l’intention des l’opposition d’occuper ce site.

La place de Soamandrakizay a été proposée par le Préfet de Police pour le rassemblement des opposants, le 19 février. Alors que ces derniers ont refusé de se déplacer « à un endroit situé à 10 kilomètres du centre-ville », ils ne se sont pas manifestés non plus sur la place du 13 mai pour le rapport d’activité parlementaire, samedi dernier. Les ténors de l’opposition veulent donc relancer le mouvement et revenir sur la première suggestion sur Soamandrakizay.

L’occupation du site pour une rencontre s’avère difficile, selon une information relayée sur la chaîne d’une télévision privée. Bien que le terrain de Soamandrakizay soit une propriété privée, sa réquisition nécessite une nouvelle procédure. Cela sous entend que la disponibilité de ce site est encore incertaine. Ce qui est sûr, c’est que les députés TIM ont changé de cap et misent sur un terrain plus vaste et sécurisé pour rassembler leurs partisans. Aussi, parce que le centre-ville est verrouillé pour le maintien de l’ordre public.

Message clair

Du côté de la Préfecture de Police de la ville d’Antananarivo, le message est clair. Toute manifestation politique reste interdite. Contacté, le Préfet Angelo Ravelonarivo de réitérer que « la mesure n’est pas encore levée». Les partis de l’opposition semblent tenir deux discours différents. Les députés du TIM insistent sur la présentation de leur rapport parlementaire. Ils veulent rassembler leurs partisans, coûte que coûte. Une autre file issue du mouvement, menée par le Pasteur Edouard Tsarahame cherche un créneau en centre-ville.

Une demande d’autorisation de manifester signée par l’ancienne sénatrice Olga Ramalason aurait été déposée à la Préfecture de la Police, jeudi. L’ancienne parlementaire représente le groupe de politiciens réunis au sein de Rassemblement des partis de l’opposition ou RMDM. Cette plateforme quant à elle, convoite la place de la démocratie à Ambohijatovo, site en cours de construction pour sa transformation en un parc botanique. « Le fait d’insister sur l’occupation de ce site est insensé. La personne signataire de la demande d’autorisation serait tenue responsable en cas d’incident durant la manifestation que l’opposition veut tenir», indique le général Richard Ravalomanana, secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, hier. Face à toute manifestation politique non autorisée, les forces de l’ordre ont déjà fait savoir qu’elles resteront mobilisées pour maintenir à tout moment l’ordre public. Cependant, la mise en place du dispositif de sécurité dépendra de l’évolution de la situation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter