A la une Actualités Social

Befandriana-Nord – Anandra laisse en plan les sinistrés

Près d’un millier de villageois sinistrés avaient attendu en vain pendant 7 heures une délégation de l’Exécutif, hier. Le ministre Anandra leur a fait faux bond.

Les sinistrés d’Antsakabary Befandriana-Nord, abandonnés. Après que 487 foyers, regroupés dans  cinq villages de cette  commune aient été ravagés, mercredi, par un incendie criminel incriminant une quarantaine de policiers, selon le procureur de la République, les élus, la gendarmerie et  le clergé de Befandriana-Nord, outre des habitants d’Antsakabary, un millier de personnes avaient attendu, hier, au village de Tavenina, des représentants de l’Exécutif, dont le ministre de la Sécurité publique. « Selon des communications téléphoniques entre les autorités d’une part et les Sojabe (NDLR : Notables) ainsi que l’adjoint au maire  d’autre part, lesquelles nous ont été par la suite transmises, une délégation de l’Exécutif devait se
rendre à Tavenina ce jour (NDLR : hier) », lance Mari­not Mandresy, habitant d’Antsakabary.
« Dès le début de la matinée vers 7 heures, des villageois se sont dépêchés sur place. Nous avons attendu jusqu’à 14 heures, mais rien. On nous a faussé compagnie alors qu’on nous avait fait savoir que le Premier ministre en personne allait se rendre dans notre commune. Il devait rejoindre Tavenina en hélicoptère », poursuit le sinistré.
Jeudi, le contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique, a indiqué qu’il allait s’y rendre pour constater de visu, après avoir défendu ses éléments, des incriminations concernant l’incendie criminel. Jusqu’à ce jour, il ne s’est pas encore rendu dans les villages dévastés par le feu mais serait resté à Antsohihy après avoir quitté la capitale.

Faux procès verbal
Ayant perdu la quasi-totalité de leurs biens, les victimes  lancent un appel de détresse mais leurs localités sont, jusqu’à maintenant, désertées par les autorités. Le Premier ministre Olivier Mahafaly, qui pourrait bien être le chevalier au cheval blanc susceptible de voler à leur secours, est par ailleurs en déplacement à Paris pour y recevoir le prix Mandela du Courage 2016, qui lui a été décerné. Il est prévu être de retour au pays ce jour.
À Antsakabary, les sinistrés ont vu leurs récoltes ainsi que tous leurs biens partir en fumée avec leurs habitations. Beaucoup d’élèves ont également perdu leurs cahiers et autres fournitures scolaires dans ces embrasements.
Conduit  à Befandriana-Nord, mercredi, par le peloton de policiers mis en cause, le maire d’Antsakabary n’a pas encore pu regagner les siens. Dans la commune où il est élu, la crainte selon laquelle les policiers qui l’ont embarqué, voudraient lui faire signer un procès verbal détournant la réalité pour camoufler leurs torts, continue à faire des vagues.
Le meurtre le samedi 18 février d’un brigadier et d’un agent de police, venus à Tavenina Antskabary pour arrêter  un suspect est à l’origine de ces couacs. Montrés du doigt pour avoir racketté des villageois, ils ont été lapidés puis poignardés.

Andry Manase