A la une Régions Social

Mahajamba et Mitsinjo – Près de quatre mille cinq cents rescapés

Les éléments des forces armées sont sur le terrain au péril de leur vie pour sauver les sinistrés.

Les opérations de sauvetage des sinistrés dans les localités de Mitsinjo et Mahajamba se poursuivent. Près de mille cinq-cents personnes sauvées, jusqu’ici.

Course contre la montre. Les éléments de l’armée sont sur le pied de guerre depuis plus de 72 heures, afin de venir en aide aux sinistrés dans les zones les plus durement touchées par les inondations. Les opérations de sauvetage battent, particulièrement, leur plein dans les localités de Mitsinjo et Mahajamba.

Selon les informations relayées par l’État major général de l’armée (EMGAM), près de quatre mille cinq-cents personnes ont été sauvées des eaux, jusqu’ici. Le bilan présenté dans un rapport destiné au commandement, hier, fait état, notamment, de dix femmes enceintes évacuées. Cent trente personnes se trouvant dans les zones isolées, ou difficile d’accès ont été évacuées par hélicoptère. Ce bilan provisoire fait état de quatre personnes emportées par les eaux, décédées dont « une femme et son enfant».

Des localités réparties dans sept régions sont sous les eaux suite aux fortes pluies de la semaine dernière. Des intempéries qui pourraient continuer cette semaine, selon les prévisions météorologiques. Les localités de Mitsinjo et Maha­jamba, dans la région Boeny sont parmi les zones les plus fortement touchées. Une vingtaine de personnes, par exemple, a été emportée par une brusque montée des eaux, dans la soirée de mercredi. De là a démarré une course contre la montre pour porter secours aux sinistrés.

Mention spéciale aux FDS
Andry Rajoelina, président de la République, accompagné du général Richard Rakotonirina, ministre de la Défense nationale, se sont rendus sur place, vendredi, pour constater l’étendue des dégâts. L’urgence de la situation a amené le chef de l’État à participer lui-même aux opérations de sauvetage. Il a ensuite, donné l’ordre de déployer tous les moyens à disposition pour porter secours dans les meilleurs délais aux personnes emprisonnées par les eaux.

Pour la zone Mitsinjo et Mahajamba, deux hélicoptères, deux avions Cessna, quatre vedettes rapides et des zodiacs, ainsi que huit véhicules terrestres tout terrain sont déployés par l’armée. Cent vingt-deux hommes sont sur le terrain depuis le début des opérations. Hier, l’armée a élargi la zone d’opération à Ambatoboeny et Madirivalo. Le but est, notamment, de rechercher et de porter secours aux sinistrés dans les endroits isolés.
« Nos éléments sont en action autant dans l’air, sur terre, que dans l’eau, autant pour des missions de reconnaissances que pour des actions de sauvetage », indique le général Théophile Rakotonirina, chef d’État major général de l’armée. Face aux intempéries, une mention spéciale est à faire sur l’implication des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Que ce soit l’armée, la gendarmerie ou la police nationale, tous s’activent dans toutes les localités touchées par les intempéries, pour prêter main forte à la population. Certains le font au péril de leur vie. À Mandri­tsara, par exemple, un gendarme a perdu la vie en tentant d’évacuer des personnes s’étant abritées dans un arbre pour éviter d’être emportées par les eaux. Outre les opérations de sauvetage, les trois corps au sein des FDS sont, aussi, sur le front dans les opérations de dégagements des routes bloquées par les éboulements, et les réhabilitations provisoires des infrastructures.