Social

Dégâts matériels – Les routes à réparer se multiplient

Une sorte de cascade s’est formée sur une route à Morarano, dans la région d’Alaotra Mangoro, la semaine passée. Il ne s’agit pas d’un phénomène naturel, bien que ce soit une catastrophe naturelle qui l’a occasionné. Cette portion de route qui se trouve près d’une station-service s’est affaissée pendant les fortes pluies qui s’abattaient dans cette région, et les eaux de pluie s’écoulaient dans le trou qui s’est créé. À cause de ces pluies diluviennes, ceux qui veulent rejoindre Amparafaravola d’Ambaton-drazaka, et vice versa, doivent passer par sept transbordements, car la chaussée s’est affaissée sur sept tronçons. Toujours dans cette région, la circulation sur la route nationale 44 n’est pas encore rétablie, avec les deux brèches de plusieurs mètres, à l’entrée de la ville d’Ambatondrazaka.

La route nationale 6 est, également, inaccessible, suite à l’effondrement d’une partie du pont Mahajamba, à une trentaine de kilomètres d’Ambondromamy. Pour le transbordement, les passagers descendent sur une échelle et montent, par la suite, sur un canot pour aller de l’autre côté de la route. Des menaces de coupure seraient, par ailleurs, constatées entre Antsohihy et Mampikony, à causes des buses vandalisées. Les travaux d’urgence pour la réfection de la chaussée à Anjiajia sont en cours. Depuis samedi, les véhicules légers et les véhicules de transport en commun ont pu circuler grâce à une déviation. Les poids lourds doivent attendre la fin des travaux, prévue pour mardi. Le district d’Ambato Boeny est, en ce moment, enclavé. Malgré la sonnette d’alarme des autorités locales, aucun engin n’est encore sur place pour réaliser les travaux de réfection. Les sommes nécessaires à la réhabilitation de ces infrastructures routières démolies par les dernières intempéries seront, certainement, colossales. La normalisation des constructions est très sollicitée.