Accueil » Régions » MAHAJANGA – Les sports de glisse interdits sur l’esplanade
Régions

MAHAJANGA – Les sports de glisse interdits sur l’esplanade

L'entretien des bancs au bord de la mer.

L’état des infrastructures au bord de la mer, telles que les bancs publics en béton armé, les ilots et plots plantés autour de la fameuse esplanade du bord de la mer, commence à se dégrader et s’abîmer. Les causes de ces détériorations sont dues en grande partie aux épreuves et exhibitions de sport de glisse effectuées par des jeunes, tous les soirs et surtout durant les week-ends. La commune urbaine de Mahajanga vient ainsi de décréter l’interdiction de la pratique de divers divertissements à roues tels que rollers, trottinettes ainsi que skateboard, vélos et motos dans la zone piétonne ou esplanade au bord de la mer, selon l’arrêté municipal du 18 novembre dernier. Les férus de skateboards, de rollers ainsi que les vélos, scooters et motos et trottinettes s’acharnent à rouler sur la zone piétonne au risque de provoquer des accidents graves.

Les promeneurs au bord de la mer sont gênés par les courses de rollers, vélos et épreuves de slalom de ces skateboards. Des plaintes ont été reçues auprès de la commune urbaine de Mahajanga. La vie des petits enfants ou femmes enceintes ainsi que les personnes âgées est mise en danger par les séries de courses de vélos, des deux roues et des défis risqués de slalom autour des sièges. Les banquettes ainsi que les ilots et bordures en béton sont utilisés comme obstacle ou matériel de tremplin pour leurs exhibitions et grimpettes dangereuses. Les jeunes atterrissent sur l’asphalte et le béton sans se soucier. Les branches de cocotiers sont également prises comme obstacle pour effectuer des démonstrations de saut périlleux. Il était temps pour règlementer ces genres de divertissements et sport de glisse dans la ville de Mahajanga. Et surtout dans les lieux publics. Le pire est que ces jeunes s’accrochent derrière des véhicules ou bajajs en pleine ville et au bord de la mer, et s’amusent à grimper autour de ces murettes. Cette situation met leur vie en danger. Par ailleurs, les travaux de rafraichissement de peintures et de réparation des bancs publics dureront quarante-cinq jours au bord de la mer. Ils ont débuté depuis mercredi.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter