Accueil » A la une » Agressions sexuelles – Mialy Rajoelina sensibilise le Sud à dénoncer les violences
A la une Social

Agressions sexuelles – Mialy Rajoelina sensibilise le Sud à dénoncer les violences

Mialy  Rajoelina  souhaite  l'autonomisation et  l'émancipation  des  femmes.

La première dame a marqué la journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Elle a sensibilisé le Sud à dénoncer les violences.

Mialy Rajoelina assure sa fonction d’ambassadrice de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), à la perfection. En mission dans le Sud pour apporter son soutien dans la lutte contre la malnutrition, elle n’a pas oublié de faire des sensibilisations contre les VBG. « Arrêtez les violences faites aux femmes. Osez dénoncer les agressions sexuelles que vous constatez! », a-t-elle déclaré, hier. Elle a incité la société à protester contre ces violences. Elle a invité les femmes à dire haut et fort: « Les agressions que vous nous infligez, nous les refusons. Arrêtez! ». C’était à Bekily, dans le cadre de la célébration de la journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Dénoncer

Les cas de viol défraient les chroniques, ces derniers temps. De plus en plus de personnes osent dénoncer les agressions sexuelles. Des présumés auteurs sont placés sous mandat de dépôt, notamment, à Antananarivo, à Maroantsetra.

Mialy Rajoelina veut initier la lutte contre les violences sous toutes leurs formes, dès l’enfance. Avec son association Fitia, elle mène des activités de sensibilisation dans les établissements scolaires.

Dans cette société Ntandroy, la tradition de marier très tôt les filles se perpétue, quitte à mettre en danger leur vie avec les grossesses précoces, rapprochées et nombreuses. Mialy Rajoelina n’a pas hésité à l’évoquer dans son discours. « Lorsque nous parlons de protection de la femme, nous ne devrons pas oublier les adolescentes. De nombreuses filles sont forcées de se marier précocement, à cause des traditions. Elles donneront naissance à plusieurs enfants. Cela ne fera qu’intensifier la situation de précarité de la famille, du village et du pays même. N’hésitez pas à aller dans des centres de santé pour limiter la naissance. N’ayez crainte! Cela vous apportera du bien », a-t-elle prononcé.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi