Régions

Vakinankaratra – Contrôle strict de la filière lait

À partir du mois de décembre, la qualité du lait vendu sur les marchés sera contrôlée. Il s’agit de sauvegarder la renommée de ce produit spécifique à la région Vakinankaratra.

Créée officiellement par l’arrêté régional 2019-reg/ Vak /SC /DDR /AE du 30 octobre 2019, la Commission technique régionale de contrôle (CTRC), visant le développement de la filière lait dans la région Vakinankaratra,  va mettre la main à la pâte à partir du mois de décembre. Elle s’occupera du contrôle de la qualité du lait vendu sur les marchés et celle destinée à la transformation. Des laboratoires mobiles seront ainsi installés sur les RN 7et
RN 34 afin de contrôler les produits circulant sur ces axes de sortie du Vakinan-karatra. L’objectif consiste à garder la qualité et à développer  la filière qui fait la renommée de la région. De fait, afin d’atteindre cette vision, un arrêté régional portant sur les normes de collecte, du transport et de  mise en vente du lait à titre de consommation et de transformation a été pris le 5 novembre dernier.

Après avoir dispensé une formation de renforcement de capacité sur  la qualité du lait répondant aux normes requises par les consommateurs, les  contrôleurs vont ainsi opérer sur les routes nationales pour vérifier les produits qui doivent être transportés dans des cuves en aluminium ou en plastique alimentaire normalisée.

Sanctions

Afin d’assurer la qualité du lait, des contrôles au niveau des collecteurs, qui doivent disposer d’un test-alcool, d’un thermo-lactodensimètre et d’un thermomètre, seront également effectués à partir de ce mois de décembre.

Une amende de 12 000 ariary par litre de lait frelaté ou non conforme aux normes, ainsi que le rejet du produit seront ainsi appliqués. Mais avant de se mettre en action, l’équipe de la région Vakinankaratra qui préside la CTRC, accompagnée de techniciens, a d’abord  effectué des rencontres d’informations et de sensibilisation auprès des acteurs de la filière lait (paysans producteurs, collecteurs, transporteurs) dans les districts d’Ambatolampy, Betafo et Antanifotsy, principaux producteurs de lait au sein de la région.

Motivés de cette décision prise par la CTRC, quelques paysans producteurs de lait n’ont pas manqué d’exprimer leur optimisme à propos de cette nouvelle stratégie de développement de la filière lait, tout en évoquant leurs attentes, dont le contrôle des appareils de mesure des collecteurs qu’ils jugent, parfois, un peu falsifiés.