A la une Politique

Stade de Mahamasina, Tanà-masoandro – « N’entravez pas le développement », lance Andry Rajoelina

Le Président de la République plaide que les divergences politiques ne devraient pas freiner le développement. La réhabilitation du stade de Mahamasina et la nouvelle ville Tanà-Masoandro ont été citées en exemples.

C’en est assez des querelles politiques. Ces mots sont ceux de Andry Rajoelina, président de la République. Durant une émission spéciale diffusée à la télévision nationale et quelques stations privées, hier, le chef de
l’État a fustigé le fait que les divergences de points de vue politiques servent de motif pour bloquer « les projets de développement et de modernisation », qu’il compte mettre en œuvre.

« Ce qui m’attriste, c’est que nous allons développer Madagascar, marquer son histoire en le mettant sur les rails du progrès. Seulement, ce sont des Malgaches mêmes qui veulent bloquer ce développement », déclare le locataire d’Iavoloha. Durant cette intervention télévisée, le président Rajoelina a, notamment, mis l’accent sur les projets en suspens à Antananarivo. « En tant que capitale de Madagascar, Antananarivo doit être un modèle de développement et une référence en Afrique. Est-ce le cas, aujourd’hui ? », plaide-t-il.

Le chef de l’État a particulièrement, souligné le blocage de la réhabilitation du stade de Mahamasina et du projet Tanà-Masoandro. À propos de son intention d’édifier une nouvelle ville, il reconnait qu’il y a eu des lacunes dans la méthodologie d’approche envers les habitants des sites concernés par le projet. Seulement, ajoute-t-il, « il y a eu des manipulations politiques pour con­trer le développement, orchestrées par mes opposants ».

Soutenant que la concrétisation du projet Tanà-Masoandro se déroulera en plusieurs phases, Andry Rajoelina a indiqué que, sauf perturbation, la première phase qui concerne la construction d’une cité ministérielle, « serait terminée dans deux ans et demi ». Selon ses dires, tous les départements ministériels y seront délocalisés. « Nous préférons, pourtant, perdre notre temps à palabrer sur des faux-débats », assène-t-il à ses détracteurs.

Otage

Le président de la Répu­blique a, également, affirmé son regret quant au blocage du projet de réhabilitation du stade de Mahamasina, durant l’émission spéciale d’hier. La mise aux normes de ce temple mythique du football malgache a été un impératif requis par Gianni Infantino, président de la Fédération internationale du football (FIFA), hier, durant un entretien avec la presse à l’issue de sa rencontre avec le chef de l’État, à Iavoloha.

Prenant la balle au bond, Andry Rajoelina a présenté la maquette du nouveau stade de Mahamasina. « Est-il nécessaire d’empêcher la construction d’un édifice aussi beau, juste à cause des divergences de vues politiques ? », fustige-t-il. Affirmant que le chantier ne durera que dix-huit mois, le plan en trois dimensions (3D), montre un stade flambant neuf dont l’habillage extérieur est inspiré des feuilles du Ravinala ou arbre du voyageur.

Toujours dans sa présentation du nouveau visage qu’il souhaite donner au stade de Mahamasina, le président de la République indique qu’il pourra accueillir plus de quarante mille spectateurs, qui pourront y accéder à partir de vingt-huit points d’entrée. Selon ses dires, un centre commercial disposant d’une centaine de magasins y sera, également, aménagé, ainsi qu’un hôtel pour accueillir les regroupements de la sélection nationale. Un terrain annexe sera aussi prévu pour les entrainements, probablement.

Revenant sur la conjoncture bloquant la mise en œuvre du projet de mise aux normes de Mahamasina, pourtant, Andry Rajoelina assène, « comment pouvons-nous développer Antananarivo si l’on bloque pareil projet de modernisation et servant l’intérêt commun ». Dans un ton plus politique, il déplore, « ceci démontre que lorsqu’il y a des divergences entre les autorités municipales et l’État central, c’est la population qui est prise en otage », et ajoute, « cessons les querelles politiques. Si nous aimons Antananarivo, travaillons pour son développement ».

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Une prestation en gros à la hauteur de nos attentes ! Un président de la république « droit dans ses bottes » et son statut d’homme d’état s’affirme inexorablement avec l’exercice du pouvoir . L’hyperprésidentialisation tant redoutée par les démocrates qui roulent pour un régime semi-parlementaire s’est dissipée au fil de l’interview . Le ton n’est pas solennel et on a senti un certain  » jacobinisme » d’un président proche du peuple et des préoccupations quotidiennes essentielles . Tous les problèmes qui défraient la chronique n’ont pas été éludés et il y avait ce désir permanent de jouer la transparence concernant par exemple les problèmes récurrents de la Jirama en eau et électricité . Des sacrifices sont à consentir pour les foyers Malgaches et la patience devrait être de mise car tout est d’ordre profondément structurel pour ne citer la vétusté des infrastructures . Pour Tana-masoandro il n’y plus l’ombre d’un doute ce projet pharaonique se concrétisera . Nos appréhensions demeurent tout de même quand le directeur des projets présidentiels Mieur Angustin Andriamananoro a eu un lapsus révélateur dans un entretien d’évoquer la « spéculation immobilière  » ce qui pourrait faire tâche à ce niveau de responsabilité . On a été émerveillé par l’EPP manarapenitra à Toamasina , ma fille de 5 ans dans une école privée catholique sous contrat avec l’état Français ne connaîtra pas peut être le privilège d’un tel cadre scolaire épatant .Les mises au point cinglantes présidentielles sur les démarches de demande auprès de la CUA de la réhabilitation du stade de Mahamasina vont mettre le candidat du TIM dans une position inconfortable auprès de l’électorat averti . La cacophonie stérile sur l’inauguration de KFC paraissait anecdotique . J’ai en mémoire que Tantely Andrianarivo PM de Didier Ratsiraka était sur le point également de faire venir Mac Donald mais il y a eu 2001 .Enfin le président de la république gagnerait plus en crédibilité pour son image auprès de l’opinion à organiser dorénavant de vraies conférences de presse brassant tous les professionnels du milieu loin des petits déjeuners de presse « conditionnés et intéressés  » de Hery Rajaonarimampianina .

    • Qui a plombé les comptes de la jirama ???

      Qui a remis l’insécurité au plus haut depuis la présence humaine à Madagascar ?
      Qui a plombé Air MAD avec les 2 airbus ?

      Qui a triché lors des dernières éléctions ?