Accueil » Faits divers » CARBURANT MÉLANGÉ – Trois présumés cerveaux absents au parquet
A la une Faits divers

CARBURANT MÉLANGÉ – Trois présumés cerveaux absents au parquet

L’affaire de l’essence mélangé à du pétrole à Toamasina n’est pas encore à son épilogue.

Après un bref report, l’affaire de l’essence additionnée de pétrole vendu à la pompe de certaines stations-service à Toamasina a été conduite au parquet. Les avocats des huit suspects incarcérés dénoncent un deux poids de mesure.

Remue-ménage après le passage au parquet des personnes incriminées dans l’affaire de carburant frelaté mise à nu à Toamasina. Alors que les huit suspects présentés devant le parquet ont été toutes placées sous mandat de dépôt à l’issue de leur instruction, la défense crève l’abcès sur le fait que d’autres personnes mises à l’index comme étant de gros poissons n’ont pas été livrées devant la justice, alors qu’elles ne devraient pas être difficiles à trouver. Parmi ces suspects figurent le propriétaire du domaine où le trafic a été porté au grand jour.
Une camionnette, des bonbonnes pleines à ras bord de carburant additionné de pétrole lampant et d’acide ainsi que du matériel comme une pompe, des agitateurs mais également des tuyaux pour transvaser y avaient été découverts. Affirmant avoir de prétendues preuves, maître Tody Arnaud, avocat des suspects placés va jusqu’à compromettre des personnalités du gotha politique n’ayant pas été présents au parquet dont une personne auprès du sénat et un conseiller de la ministre de la Population qui a clamé haut et fort son innocence sur les réseaux sociaux, pour disculper dans la foulée le membre du gouvernement dont le nom a été injustement sali pour des accusations infondées selon ses dires.
Jusqu’à présent, huit suspects ont été placés en détention préventive dans la cadre de cette affaire.

Fraudes juteuses

Parmi eux figurent le gérant de la station Shell de la gare routière à Toamasina, le sous gérant de la station-service Shell d’Ambohijafy, le chauffeur d’une camionnette de marque Toyota Dina ayant été utilisée pour transporter le pétrole additionné à l’essence et au gasoil, le propriétaire du véhicule en question, un individu ayant vendu un véhicule utilisé dans cette affaire ainsi que trois gardiens du domaine où les malfaiteurs s’attelaient à leur trafic dans le quartier d’Antanandava Toamasina. Ces derniers ont été pris en possession de trente-quatre bidons d’essence, d’une capacité de vingt litres chacun.
Pour les trafiquants, le but de ces subterfuges était de tirer profit de la différence de prix entre l’essence et le pétrole. En effet si le prix affiché à la pompe et des 2 430 Ariary pour le pétrole lampant, celui de l’essence s’élève à 5 900 ariary, soit une marge de 3 470 ariary empochée par les trafiquants pour chaque litre de pétrole additionné.
Les dégâts sur la motorisation sont néanmoins conséquents. Selon les explications, l’essence et surtout le gasoil frelatés grippent les pompes et les injecteurs, et peuvent même engendrer un casse moteur dans le pire des cas.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter